Bien plus qu’un parti politique

Une proposition du Collectif Coordinateur pour doter DiEM25 d’une “aile électorale”

Le temps nous est compté pour faire émerger une Europe progressiste, démocratique, ouverte et humaniste. DiEM25 a une occasion unique et un devoir historique de faire la différence maintenant !

Les élections parlementaires européennes de mai 2019 offrent à DiEM25 une opportunité unique pour présenter aux européens, à travers tout le continent, le seul antidote réel au dogme de TINA (There Is No Alternative: il n’y a pas d’alternative): le Programme Progressiste de DiEM25 et notre proposition pour un “New Deal Européen”.

Le seul mouvement politique transnational d’Europe doit “saisir l’occasion” et raviver l’espoir partout en soutenant l’idée

d’une liste électorale transnationale unique

portant un seul programme électoral pan-européen

auprès des électeurs européens en mai 2019 dans autant de pays que possible.

A cette fin, le Collectif Coordinateur propose aux membres de DiEM25 une étape indispensable pour atteindre cet objectif : doter DiEM25 d’une aile électorale, qui sera l’un des outils d’action du mouvement pour la démocratisation de l’Europe et pour placer un programme progressiste, internationaliste et pan-européen au coeur des politiques européeennes.

Carpe DiEM25!

Introduction

Nous considérons que le modèle des partis nationaux formant de fragiles alliances au parlement européen est dépassé. Bien que le combat pour une démocratie de la base (aux niveaux local, régional et national) soit nécessaire, il est néanmoins insuffisant sans une stratégie tendant à une coalition pan-européenne visant à démocratiser l’Europe. Les démocrates européens doivent tout d’abord se rassembler, construire un agenda commun, puis trouver des solutions pour l’ancrer dans les communautés locales et au niveau régional et national.

—Extrait du manifeste de DiEM25

 

 

Depuis le jour où DiEM25 a vu le jour à Berlin en février 2016, nous avons dit et répété que nous n’avions pas le désir de concourir lors d’élections, dans le tumulte quotidien de ce que d’aucuns considèrent comme de la « politique ». En fait, nous préférerions continuer notre chemin dans notre domaine de prédilection qu’est le militantisme, tout en soutenant des partis politiques progressistes déjà en place.

Malheureusement, la crise européenne et la lente glissade de l’Europe vers un marécage d’autoritarisme incompétent ne nous en donne pas le droit. La fenêtre dans laquelle nous pouvons impulser des changements est en train de se fermer, et le problème est devenu encore plus pressant depuis que les récentes élections allemandes ont enterré le dernier espoir d’une progression vers un fédéralisme démocratique venant de Macron et Merkel. Le temps est compté. Si DiEM25 veut peser sur les élections pan-européennes du parlement européen de 2019, si notre mouvement veut réellement agir avant la désintégration de l’Europe, si enfin nous voulons traiter le problème du changement climatique ou celui de la xénophobie avant qu’il ne soit trop tard, nous devons nous décider bientôt.

Nous devons saisir chaque occasion offerte. C’est particulièrement important pour le programme économique « New Deal européen » dont les propositions principales sont (a) de stabiliser la zone euro par des mesures pouvant être mises en place sans changer les traités actuels ni créer de nouvelles institutions et (b) de construire une intégration européenne renforcée avec des pays de l’Union Européenne qui se trouvent soit en dehors de la zone euro, soit à sa périphérie (ou bien en cours de retrait comme par exemple le Royaume Unis).

Ainsi, bien que nos critiques des partis politiques et de la nature dépassée des formations politiques actuelles restent valides, permettre aux européens de voter pour les propositions de DiEM25 nous offre un nouvel outil à travers lequel notre mouvement peut influencer le paysage politique européen.

Options existantes pour présenter notre programme aux citoyens et électeurs européens

Le paysage politique européen est vaste et varié. Si nous voulons porter notre programme dans les urnes, nous devons être flexibles et agiles. Voici les moyens que nous avons employés jusqu’à présent :

  • Demander aux candidats de signer une charte les engageant à soutenir les politiques de DiEM25 (et en exigeant qu’ils tiennent parole !)
  • Soutenir les candidats, partis et coalitions proposant une programme clairement aligné avec notre propre programme progressiste
  • Travailler avec les alliances progressistes à chaque fois que c’est possible
  • Créer un partenariat quasi permanent avec des partis locaux pouvant jouer le rôle de notre « aile électorale » dans un état, une région ou une municipalité donnée (nous sommes un mouvement cherchant à attirer des partis politiques plutôt que l’inverse)

La proposition

Nous proposons d’ajouter l’option suivante à celles mentionnées ci-dessus :

Créer une « aile électorale » de DiEM25 qui nous permettra de jouer le rôle de catalyseur menant à la naissance d’un parti transnational et pan-européen, unifiant les acteurs politiques prêts à embrasser le programme de DiEM25. Ceci permettra aux partisans de DiEM25 à travers l’Europe, ainsi qu’aux partis et aux mouvements sociaux, organisations non gouvernementales et groupements citoyens soutenant nos principes et notre agenda, d’unir leurs forces dans une révolution pan-européenne. DiEM25 restera donc un mouvement dont les propositions politiques sont guidées par ses membres, tout en développant une aile électorale servant de catalyseur aux changements politiques.

Nature de « l’aile électorale » de DiEM25

  • Une première révolutionnaire et historique- L’aile électorale de DiEM25 prendra dans chaque pays la forme d’un parti politique représentant notre mouvement politique transnational lors de scrutins électoraux que nous aurons sélectionnés. Elle ne prendra pas nécessairement part à l’élection directement, et pourra choisir de soutenir d’autres acteurs politiques (c.a.d. de composer une alliance avec eux) ou simplement de s’abstenir, mais sera également prête à se présenter directement à une élection si les membres de DiEM25 de toute l’Europe jugent favorables les conditions dans un pays donné.
  • Transnationalité –  « L’aile électorale » de DiEM25’s sera le premier parti politique transnational doté d’une structure décisionnelle réellement transnationale, une campagne pan-européenne, et où les manifestes électoraux et documents politiques de chaque déclinaison nationale de notre « aile électorale » seront approuvés par tous les membres de DiEM25 à travers l’Europe. DiEM25 reste ainsi un mouvement transnational qui créera les manifestes et propositions politiques pour les antennes de notre « aile politique » dans chaque état membre. Par exemple, nos membres allemands, français, italiens, etc devront approuver notre manifeste pour les élections grecques, et nos membres grecs, italiens, français, etc celui pour les élections allemandes.
  • Inclusif et participatif dans la conception de propositions politiques – « l’aile électorale » de DiEM25 fera campagne dans chaque pays en suivant notre « programme progressiste pour l’Europe » et ses 7 piliers. Le processus de définition du livre blanc continuera au niveau pan-européen comme c’est le cas aujourd’hui, servant de base aux manifestes des « ailes électorales » des différents pays. La tâche de « l’aile électorale » sera de percer dans le débat public et d’insuffler les idées de l’agenda transnational de DiEM25 aux politiques nationales.
  • Candidats transnationaux – DiEM25  examinera les candidatures transnationales à partir des élections pour le parlement européen de mai 2019 – par exemple : celle d’un allemand se présentant en Grèce, d’un grec en Allemagne, d’un italien en France, d’un belge en Espagne, etc (tout en tenant compte des contraintes législatives). De cette manière, DiEM25 mettra en œuvre le principe de transnationalité d’une manière aidant à créer le sentiment de collectif européen dont a besoin la démocratie européenne du futur.
  • Indépendance : au coeur de notre mission politique se trouve une vérité toute simple : si l’Europe ne devient pas démocratique, elle se désintégrera. L’appel de DiEM25 peut trouver écho chez des femmes et des hommes d’horizons politiques différents, qui se rassemblent autour de l’objectif visant à conduire une transformation de notre système politique et une mise à niveau de notre démocratie. Par conséquent, l’aile électorale de DiEM25 est “indépendante” au sens politique traditionnel du terme, à savoir libre d’une appartenance politique de type tribal. L’échelle et l’importance mission nous dicte de dépasser les clivages partisans et les petites querelles politiques, et de soutenir toutes celles et tous ceux qui sont d’accord avec nous sur le fait que l’Europe peut et doit être démocratisée, et souhaitent nous rejoindre pour former cette force qui permettra l’avènement de cette démocratie internationaliste de l’avenir.
  • Adhésion facultative : fidèles à notre promesse d’indépendance, et pour prouver à quel point DiEM25 défie la relation classique entre un mouvement et ses membres, il n’y aura aucune obligation pour les membres de DiEM25 de devenir automatiquement membres de la déclinaison de son « aile électorale » dans leur pays de résidence : l’adhésion à tout parti ou alliance politique mis en place par DiEM25 fera l’objet d’une démarche volontaire dans le chef de chaque membre qui le souhaite
  • Adhésions multiples : les membres de DiEM25 auront non seulement la possibilité de ne pas adhérer à notre « aile électorale » dans leur pays de résidence, mais ils conserveront aussi le droit d’être affiliés à d’autres partis politiques, pour autant que les principes et programmes politiques de ces derniers ne soient pas en contradiction avec le Manifeste de DiEM25.
  • Débats et votes de tous les membres : le manifeste électoral et la charte des partis nationaux découlant de l’aile électorale de DiEM25 feront l’objet de débats et seront soumis à approbation via un vote interne de tous les membres de DiEM25 – qu’ils aient ou non rejoint notre aile électorale, bien entendu.
  • Mobilisation : Tout mouvement pan-européen sans présence électorale (au moins pour les élections parlementaires européennes à venir) se résout à l’impuissance. Et tout parti pan-européen qui ne s’appuie pas sur un mouvement pan-européen transnational cohérent ne peut que répéter les échecs du passé. Nous avons besoin des deux éléments. En se dotant d’une « aide électorale », DiEM25 ne perdra pas son identité de mouvement. Au contraire : il gagnera en force en faisant émerger son programme politique dans les campagnes préalables aux élections et, plus tard, dans les processus parlementaires. Le recouvrement inédit des crises majeures auxquelles l’Europe est confrontée exige, de manière simultanée, (i) une réponse politique globale et (ii) la mobilisation transnationale d’une pression sociale sur les institutions gouvernementales de manière à assurer le changement. Nous concevons le « parti » comme un mécanisme qui facilite et accélère la mobilisation sociale, et donne une finalité claire à nos exigences de changement. Au-delà de l’objectif de gagner le soutien des électrices et électeurs, notre parti transnational aura pour tâche de fournir une théorie du changement claire pour nos mobilisations sur le terrain et de les rendre plus simples au niveau européen.

Motivation

 L’option de forger une alliance qui promeuve le Programme Progressiste pour l’Europe à Bruxelles, comprenant des partis politiques existants, basés sur les états nation, n’existe pas. La plupart des partis politiques progressistes sont déjà divisés, et ont en leur sein de grandes factions opposées à notre européanisme radical. Si nous insistons pour sceller une telle alliance, nous nous retrouverons piégés dans des alliances opportunistes qui cantonneront le Programme Progressiste pour l’Europe de DiEM25 à l’obscurité et à une disparition certaine du paysage.

Bien sûr, nous sommes ouverts à la création d’alliances. Mais pour créer des alliances qui placent le Programme Progressiste pour l’Europe de DiEM25 au cœur de leurs préoccupations, DiEM25 doit développer son propre outil électoral, sa propre « aile électorale ». Une fois que l’aile électorale aura pris son envol, la mise en place de collaborations avec des acteurs politiques ayant un intérêt sincère pour le Programme Progressiste pour l’Europe de DiEM25 deviendra plus faisable, et plus honnête.

Procédure

  • Etape 1 : DiEM25 créera un parti politique dans autant de pays européens (pas uniquement au sein de l’UE) que faisable. Ces partis auront un nouveau nom qui sera constitué d’un titre choisi pour chaque pays, accompagné de DiEM25 – par exemple : XXXXX-DiEM25 (l’option d’appeler simplement le parti DiEM25 demeurera possible)
  • Etape 2 : DiEM25 cherchera à conclure des alliances avec les partis politiques existants dans chacun des pays. Si un accord est trouvé, respectant les lignes de notre Programme Progressiste pour l’ Europe et notre New Deal Européen, le parti présenté aux électeurs sera nommé YYYYY-DiEM25, où YYYYY est le nom du parti avec lequel l’alliance a été scellée. Par exemple : Razem-DiEM25 en Pologne.
  • Etape 3 : Si aucune alliance de ce type n’est possible, tous les membres de DiEM25 en Europe décideront, au cours d’un vote général, si XXXXX-DiEM25 concourra lors des élections dans ce pays, ou non.

Coordination: le Forum Electoral de DiEM25

Pour assurer que le parti transnational et les divers manifestes spécifiques à chaque pays respectent le processus ci-dessus ainsi que les principes et procédures de DiEM25, nous lancerons un Forum Electoral qui rassemblera les membres du CC, les Ncs, et les représentants des acteurs politiques avec lesquels l’aile électorale de DiEM25 collaborera.

Quelles élections ? Notre horizon doit être l’année 2019

L’objectif du lancement de « l’aile électorale » de DiEM25 est de saisir l’opportunité historique que nous offrent les élections parlementaires européennes de mai 2019. Au-delà, la question de déterminer à quelles élections régionales ou nationales nous nous présenterons ou non sera tranchée par un vote de tous les membres, au cas par cas.

Les élections de 2019 nous offrent une chance d’exploiter le prochain moment démocratique transnational en Europe.  Alors que les partis traditionnels n’ont toujours aucune vision, prisonniers des limites de la compétition nationale et utilisant les élections parlementaires européennes comme un sondage de luxe avant leurs prochaines élections nationales, DiEM25 peut faire de ce processus électoral pan-européen sa plate-forme pour la première campagne réellement transnationale. Ce sera pour nous une opportunité unique de montrer qu’une autre Europe existe déjà, et est prête à faire sentir sa présence à partir du terrain, à travers tout le continent.

This document is the result of discussions among our membership that started in Spring 2017 and concluded on October 20, 2017 (when the amendments process ended). It reflects amendments from all DiEM25 members that submitted them. For more information on how the document came about, visit this article.