Yanis Varoufakis s’adresse aux journalistes le 24 Mars 2017 : “le New Deal Européen de DiEM25 exige une expression électorale”

DiEM25 Team

, Articles FR

Mesdames et Messieurs,

C’est un plaisir d’être de retour à Rome, où tous les chemins nous ont menés, de toute l’Europe, pour le 60ème anniversaire du traité de Rome.

Dans d’autres circonstances, demain aurait dû célébrer le triomphe de l’idée européenne et des accomplissements de l’Union Européenne. Hélas, l’idée européenne est en recul et l’Union est en état de désintégration avancée. Les Européens qui regardent sur leur écran de télévision leurs dirigeants tous ensemble ici à Rome, se demanderont : Que célèbrent-ils exactement ? La désintégration de l’Europe, qu’ils appellent dorénavant “à plusieurs vitesses” ou “à géométrie variable” ? Leur approche “Circulez, il n’y a rien à voir”, qui redonne du souffle au nationalisme xénophobe ? La raison pour laquelle ils sont à Rome n’est pas très claire.

Notre raison d’être à Rome – la raison de DiEM25 – est à la fois simple et pertinente. Nous sommes ici pour répondre à deux questions :

La première est : “Que faire ?” Notre réponse, c’est le New Deal Européen de DiEM25, que nous allons présenter demain soir au Teatro Italia : un programme politique complet et innovant pour sauver l’Europe et surtout, pour faire que l’Europe en vaille la peine. C’est l’antidote de DiEM25 contre le dogme du TINA : “There Is No Alternative” (Il n’y a pas d’alternative) qui paralyse et détruit l’Europe.

La seconde question est : “Comment faire ?” Comment DiEM25 se propose-t-il de présenter le New Deal Européen aux peuples et de leur permettre de l’imposer à des pouvoirs en place qui sont dans  un déni permanent ?

 

QUE FAIRE?

Le New Deal Européen de DiEM25, en bref

Le New Deal Européen de DiEM25 propose un programme économique et social complet pour  l’ensemble de l’Europe, qui inclut la zone Euro, les membres de l’Union Européenne qui ne sont pas dans la zone Euro, et même les pays européens qui ne sont pas dans l’UE. Ce document montre comment la crise économique et sociale, y compris la crise de l’euro, pourrait être stabilisée immédiatement, avec le concours des institutions existantes, avant de développer de nouvelles institutions aux objectifs suivants : (a) transformer l’épargne qui dort en  investissements écologiques, (b) procurer les biens de première nécessité à chaque région européenne (liberté par rapport au chômage, à la migration contrainte, droit à une communauté et un environnement soutenables), (c) partager les rendements du capital et des richesses, (d) démocratiser, et ce faisant rationaliser la politique économique. En outre, le New Deal Européen de DiEM25 comprend un plan pour gérer les possibles effets néfastes d’une désintégration de l’Union Européenne et de la zone euro.

 

COMMENT  Y PARVENIR ?

L’appel de DiEM25 est ouvert à la société civile et politique à travers toute l’Europe

DiEM25 est fondé sur la conviction qu’un projet progressiste a besoin, pour se réaliser, d’un mouvement politique neuf, transnational et pan-européen… le “M” de “mouvement” de DiEM25 ! Un document d’orientation tel que notre New Deal Européen peut-il devenir pertinent, aussi formidable soit-il,  sans être soumis à l’épreuve la plus importante de la démocratie : les urnes ? Nous ne le pensons pas. Cela signifie-t-il que DiEM25 est en train de devenir un parti politique, prêt à se présenter à des élections nationales ou européennes ? C’est cette question que je voudrais approfondir avec vous ce matin.

Quand DiEM25 a été fondé, au Volksbühne Théâtre de Berlin en février 2016, nous avons expliqué que notre première mission était de construire un Programme Progressiste pour l’ensemble de l’Europe. Lorsqu’il nous a été demandé si nous avions l’intention de nous présenter à des élections, notre réponse-type était : “Si notre Programme Progressiste tient la route, nous sommes convaincus qu’il trouvera son expression dans les élections à travers toute l’Europe.” Il se trouve qu’un an plus tard, notre Programme Progressiste – le New Deal Européen que nous lançons demain, ici à Rome – est prêt. Et il doit se retrouver dans les élections !

Idéalement, DiEM25 péférerait ne pas se présenter à des élections directement, mais plutôt proposer aux mouvements, organisations et partis politiques existants, l’infrastructure nécessaire pour leur permettre de s’associer au New Deal Européen de DiEM25. C’est pour cela qu’aujourd’hui, ici à Rome, nous appelons ouvertement les partis politiques, municipalités, syndicats, mouvements sociaux, organisations et citoyens de la société civile de toute l’Europe, à nous rejoindre dans les deux mois à venir pour unir nos efforts afin de donner une expression électorale pan-européenne à ce New Deal Européen que nous lançons demain soir au Teatro Italia.

Au cours de ces deux prochains mois, nous délibérerons avec tous les partis, organisations et réseaux trans-européens qui répondront positivement à l’appel de DiEM25, en même temps qu’avec les membres du mouvement. Puis, le 25 mai, exactement huit semaines après le lancement de demain ici à Rome, nous nous retrouverons, cette fois à Berlin, de nouveau au Théâtre Volksbühne, pour annoncer de quelle manière sera décliné notre programme du New Deal Européen lors de prochaines élections. Dans les pays où nos partenaires politiques partagent notre engagement pour promouvoir et mettre en œuvre le New Deal Européen, nous les soutiendrons. Dans les autres pays, si les membres de DiEM25 décident, de manière transparente et démocratique impliquant l’ensemble de la communauté du mouvement, qu’ils souhaitent s’organiser pour mettre en avant le New Deal Européen lors d’élections, nous les soutiendrons aussi.

DiEM25 n’a pas vocation à prendre le pouvoir. Le mouvement vise à redonner le pouvoir aux peuples pour réclamer le contrôle sur leurs villes, leur pays, leur dignité, leur vie et leur avenir. Mais pour cela nous avons besoin d’abord de retrouver un but commun entre peuples souverains. Cela nécessite un programme européen économique et social qui soit internationaliste, commun, et transnational. Un antidote à la doctrine paralysante selon laquelle il n’y a pas d’alternative. Nous avons besoin d’un New Deal Européen qui offre des politiques réalistes, qui puissent être mises en oeuvre dès demain matin. Et nous avons besoin de proposer ce New Deal Européen aux urnes dans chaque coin de l’Europe.

Merci

Yanis Varoufakis, co-fondateur de DiEM25.

 

Voulez-vous être informés des actions de DiEM25 ? Enregistrez-vous ici!