Adil

Dalia Zoch et Brice Montagne du NC Belge et France prennent position sur les violences observées dans les quartiers populaires depuis le début du confinement et invitent le mouvement à trouver une position officielle sur le sujet.
Adil.
Le jeune homme qui a été tué s’appelait Adil.
Que s’est-il passé exactement ?
Et il s’pass quoi exactement en c’moment ?
Qui était Adil ? Pourquoi a-t-il été tué ? Pourquoi vouliez-vous le contrôler ? Combien de fois a-t-il été contrôlé cette semaine ?
Monsieur, pourquoi vous l’avez coursé? Pourquoi vous l’avez stressé ? Elle sortait d’où la deuxième voiture qui l’a percutée en sens interdit?
Adil. Ca vaut la mort de ne pas vouloir se faire contrôler.
Ses frères et ses amis ont certainement une partie des réponses. Ils sont sortis dans la rue pour demander les parties manquantes.
Énervés. A juste titre peut-être.
Si ton frère mourrait sous les coups des policiers, n’irais tu pas aussi crier ton désarroi dans la rue ?
On m’envoie des «  Ils n’auraient pas dû se réunir, on est en période de confinement, les flics n’allaient pas venir avec des fleurs au fusil », on me lâche des vidéos où on voit des jeunes turbulents s’attaquer à une voiture de police. Et des « ça non plus, c’est pas cool » en référence à cette vidéo.
Mon coeur bat fort, j’ai mal à la tête.
J’ai mal au coeur.
Je suis triste ; le feu dans les intestins.
Ceux qui n’ont jamais vécu le racisme et la précarité ignorent donc tout du quotidien des quartiers populaires confinés.
Laisse moi t’expliquer comment ça s’passe chez nous, frérot :
Des apparts souvent petits et insalubres, trop d’monde dans les pièces ; des humains qui vivent donc du bruit, du mouvement.
Tu fais quoi et tu vas où quand tu veux t’isoler? Tu ne peux pas t’isoler, c’est un privilège auquel tu n’as pas droit.
Tu fais quoi et tu t’inscris où pour pouvoir, une fois le confinement terminé, avoir accès aux études supérieures ? Arrêtes de chercher, de toute façon y’a qu’un ordi par famille et un internet de merde.
Tu fais quoi pour avoir droit à un emploi et à un logement sans discrimination ? Allez petit, avance.
Tu fais quoi et tu te tournes vers qui quand tu veux parler des injustices que tu subis? Tu fermes ta gueule en fait. Tu fermes ta gueule et tu dis merci. Tu baisses la tête et tu ne désobéis jamais. Tu ne fais jamais d’erreurs, tu as compris? Jamais tu ne poseras ton cul sur un scooter sans porter de casque. Jamais tu ne prendras les transports en commun sans payer ton titre.
Tu te comporteras comme un citoyen exemplaire même si on te maltraite et même si tu vis dans la merde et la misère tout au long de l’année.
Mais en fait, j’déconne.
Même si tu te comportes comme le meilleur et le plus brave des garçons, on viendra t’faire chier. Parce que les policiers ont des ordres à suivre. Des ordres à suivre. Leurs conditions de travail sont plus que désastreuses. Et nous avons tous besoin de décompresser et d’extérioriser notre colère et nos émotions négatives. On tape sur qui on peut taper au final. Ce n’est même pas la faute des policiers, ils font leur travail, ils font ce qu’on leur demande de faire. Ce sont des pros pour la plupart.
Il y’a un système derrière tout ça. Un ordre systématique des choses. C’est ce système qu’il faut démonter. Cet ordre qu’il faut renverser.
“Ma soeur, ma soeur, je connaissais Adil. Ma fille, ne va pas là-bas. Ce n’était pas un accident.”
Les rues sont fermées d’un côté et de l’autre. Les camions de flics bloquent l’accès même à la commune.  Avant, pour sortir du quartier, fallait franchir des barrières sociales, maintenant faut franchir un contrôle qui peut toujours dégénérer.
La révolte et l’envie de justice est présente dans le coeur des jeunes et dans celui des anciens. Il y a beaucoup d’Adil dans les quartiers de Belgique, de France, d’Italie ou d’Allemagne. Avant le confinement les inégalités entre quartiers populaires et quartiers plus aisés existaient déjà. Avec le confinement elles se sont aggravées. Si le Monde d’après doit être plus juste alors il faut écouter les habitants de ces quartiers qui demandent à être déconfinés depuis déjà des dizaines d’années et chez qui un sentiment prédomine : taper sur les arabes et les noirs, ça n’a jamais choqué qu’les arabes…Et les noirs.
Alors dès aujourd’hui demandons justice pour Adil, ceux d’ici et ceux d’ailleurs.
Ce sentiment est choquant ? Sans doute mais il est très largement partagé. Si l’objectif d’un mouvement comme DiEM25 est de reformer une unité de classes populaires nous ne pourrons pas passer à côté de cette expérience de la discrimination. De même que nous ne pouvons pas passer à côté de l’expérience de la discrimination sur la base du genre ou de l’orientation sexuelle. C’est en ouvrant un porte à l’expression de ces expériences et en joignant les fils de ces récits particuliers que nous pourrons créer un récit commun fédérateur. Nous avons besoin d’ouvrir ce débat dans la société, il faut l’ouvrir aussi au sein de notre mouvement. 

Voulez-vous être informés des actions de DiEM25 ? Enregistrez-vous ici!

Faire un don pour la cause