Kasia

Pour les temps qui sont en train de changer…

Au cours des dernières semaines, plusieurs DiEMers m’ont demandé: “Elisa, pourquoi y a-t-il si peu de femmes dans DiEM25 ?”
J’ai tendance à commencer à bégayer. Je suis une femme, donc je devrais savoir… Pense, Elisa !
Mais il n’y a pas non plus une seule explication à cette question, et je n’ai de souveraineté à l’interpréter. Membre active de DiEM25 depuis un an et demi, j’en suis arrivée à un tas d’explications à travers l’observation de notre communication extérieure et intérieure, notre hiérarchisation des sujets et du programme, notre langue, nos actions ou absences d’actions, la méritocratie et la “société”, mais surtout par mon expérience personnelle – on pourrait dire à travers mon expérience incarnée. Mes explications découlent de cette expérience et de mes antécédents en anthropologie sociale. Ils sont donc subjectifs.
DiEM25 est né à Berlin au Volksbühne il y a deux ans et nous y sommes retournés en mai dernier. Lors de cet événement, j’ai participé à un atelier sur le “Genre”, pour lequel nous avions mené une enquête interne afin d’essayer de découvrir l’équilibre entre les sexes dans nos DSC. Mon observation fut en effet confirmée par les chiffres : 80% d’hommes et seulement 20% de femmes.
Bien sûr, nous – ma camarade Roberta et moi – étions tout à fait conscientes des limites d’une telle approche, qui pouvait se reproduire et se renforcer. Nous croyons fermement que la diversité est extrêmement précieuse, mais qu’elle n’est pas facile à saisir en chiffres.
En même temps, ces catégories restent puissantes, organisant notre économie, notre politique et notre culture. En tant que mouvement, nous devons être attentifs à ces paramètres et à la façon dont ils renseignent notre travail.
Depuis cette dernière réunion au Volksbühne, quelque chose a changé. Le manque de femmes dans DiEM25 est devenu très évident. Nous en discutons ouvertement, et des stratégies pour corriger ce déséquilibre sont devenues une partie de notre programme – et peut-être plus important encore, une partie de notre conscience collective. Le mois dernier, pour les célébrations du deuxième anniversaire à Berlin, nous avons expérimenté des facilitateurs dans chaque atelier pour garantir la possibilité d’une participation égale pour tous. C’est un début, mais le souci de la diversité et de l’équilibre entre les sexes doit imprégner notre pratique politique et notre politique.
Plus spécifiquement, nous avons besoin d’une perspective féministe sur les soins – en anglais, “care” – dans le New Deal européen, tout comme nous avons besoin de sensibilité dans notre culture de discussion. Dans notre travail sur le travail, nous devons considérer les inégalités extrêmes associées au genre, tout comme nous devons créer l’espace dans nos discussions pour que la voix féministe parle. Nous devons établir des ailes électorales, des “partis”, tout en veillant à ce que le mouvement prenne le leadership. Nous avons besoin de cette dialectique dans notre lutte pour plus de démocratie en Europe (et au-delà). Et nous devons l’imprégner de la lutte des femmes tout le long de la route.
Une partie de ce processus nous amènera à rechercher des partenaires au-delà du mouvement. En février, le DSC Berlin a fourni une plate-forme qui m’a permis d’animer une conférence avec Meral Çiçek, une grande conférencière et une véritable intellectuelle du Kurdistan du Sud. Au cours de mon voyage personnel à DiEM25, j’ai établi un dialogue ouvert avec les membres du mouvement de la liberté kurde, en particulier le mouvement des femmes kurdes. Donc, quand Meral est venue parler, c’était un moment très spécial. Et je pouvais dire, en regardant dans notre groupe, que mes camarades ressentaient la même chose.
Nous devons cultiver cette connexion dans toutes les dimensions. Au lieu d’intellectualiser le problème de la diversité de la participation et de l’action, nous pourrions envoyer des invitations et inverser ainsi ce que David Graber appelle les “structures déséquilibrées de l’imagination”. Les structures déséquilibrées de l’imagination sont créées sous la condition d’inégalité structurelle et se réfèrent aux phénomènes dont les opprimés ont toujours besoin pour effectuer plus de travail d’interprétation par opposition à leurs oppresseurs. Si vous voulez savoir pourquoi et comment vous êtes opprimés, vous devez imaginer la logique de l’oppression. À leur tour, les classes dirigeantes ne font généralement pas ce travail d’interprétation – au contraire.1
Mes dernières expériences dans et avec DiEM25 ont prouvé que les temps changent. Cela me donne beaucoup d’espoir pour notre avenir. Ou laisser parler Meral : “la révolution n’est pas un moment, c’est un processus”.
Carpe Diem !
 
[1] Je ne parle pas du type d’oppresseur “qui-frappe-avec-un-bâton”, mais plutôt d’une version structurelle.

 
Elisa est membre du DSC Munich.
 

Voulez-vous être informés des actions de DiEM25 ? Enregistrez-vous ici!