L’Internationaliste: vive Lumumba!

L’Internationale progressiste (PI) commémore Patrice Lumumba – le premier Premier ministre de la République démocratique indépendante du Congo

À l’occasion du 60e anniversaire de l’assassinat de Patrice Lumumba (1925-1961), le membre du Conseil de l’IP, Vijay Prashad, a mené une large discussion sur l’héritage du panafricaniste congolais – et l’impact de son assassinat sur la République démocratique du Congo, l’Afrique et les luttes pour la libération nationale dans le monde entier. Il fait partie de L’ International, un nouveau programme hebdomadaire de l’IP qui vous apporte des nouvelles du front de nos luttes à travers le monde, se connectant à travers les territoires et les océans, les nations et les générations.

« Vous allez nous tuer, n’est-ce pas? »

Ce sont les derniers mots de Patrice Lumumba.

Patrice Lumumba et ses camarades Joseph Okuto et Maurice Mpolo ont été brutalement tués par les services de renseignement belges. L’impact de cet événement continue à se faire sentir à travers le monde. Dans son introduction, Vijay Prashad déclare que l’Internationale Progressiste appelle à l’instauration de la « Journée Lumumba » le 17 janvier:

« Aujourd’hui, nous voulons également célébrer son héritage et nous souvenir de l’impact de sa mort sur le continent africain et le monde entier en général. Nous voyons que même si cet héritage a 6 décennies, il est plus pertinent que jamais.

« Le jour de Lumumba, nous appelons à l’annulation de toutes les dettes – la dette extérieure -, pour que les peuples d’Afrique soient traités avec dignité et le vol de ressources depuis des générations sur le continent soit reconnu ».

Regardez l’événement maintenant!

Faits saillants

Kambale Musavuli (Centre de recherche sur la République démocratique du Congo)

« Les Congolais savent aujourd’hui pourquoi [Lumumba] a été tué. Il a été tué parce qu’il voulait que les ressources du Congo profitent au peuple congolais. Cette idée faisait partie d’un processus – un processus qui vise à ce que les Africains gèrent leurs affaires par eux-mêmes.»

« Même s’ils ont mis son corps sous acide et ont gardé une dent comme  trophée en Belgique, Patrice Lumumba vit aujourd’hui à travers notre culture, notre musique et notre histoire. Même quand ils mentent sur l’histoire de Lumumba – qui était ce jeune homme et comment il voulait libérer le Congo – les jeunes communistes d’aujourd’hui se lèvent la voix. Alors que nous fêtons cet événement en ce moment, aujourd’hui, juste à cette minute, des milliers de Congolais sont devant la statue de Lumumba, célébrant, commémorant, Patrice Lumumba, sachant que le combat qu’il nous a demandé de mener dans la dernière lettre à sa femme n’est pas terminé. Il a dit être assuré que les générations futures, les Congolais d’aujourd’hui, ne s’arrêteront pas tant qu’il y aura des d’agents néo-coloniaux  au Congo. C’est le combat que mène la jeunesse congolaise jusqu’à aujourd’hui et nous savons avec certitude que nous serons victorieux dans cette lutte et appelons définitivement tous les peuples du monde à rejoindre l’appel des Congolais et  de Lumumba pour que ses idées, sa vision de la libération du Congo, vienne à éclore de notre vivant. »

Marie-Claire Faray (Ligue internationale des femmes pour la paix et la liberté)

« Patrice Lumumba était un arbre qui a été coupé. Cependant, ce que ceux qui ont coupé cet arbre ne savaient pas, c’est que Patrice Lumumba portait des graines et que ces graines feraient pousser toujours plus d’arbres.»

«Dans l’écriture et le discours de Lumumba, il y a une passion et un engagement précis à décoloniser le Congo ainsi qu’à décoloniser l’esprit de ses concitoyens – femmes et hommes. Dans son essai, ‘Le Congo, terre d’avenir, est-il une menace?’ Lumumba mentionne clairement la réification de la femme et la restauration du statut de la femme congolaise dans la société.»

Nanjala Nyabola (Progressive International, Kenya)

« Certains auteurs européens évitent de signaler que c’est le gouvernement belge qui a supervisé l’assassinat de Patrice Lumumba. (…) Comment pouvons-nous construire une compréhension commune de ce que sont les objectifs de la décolonisation si nous ne sommes même pas d’accord sur ce qu’était la colonisation.Si les générations africaines grandissent et essaient de récupérer ce sentiment de panafricanisme et de récupérer ce sentiment de soi en contraposition à la violence et aux déchets toxiques de la colonisation, tandis qu’on apprend aux générations européennes que cela n’était pas si mal, qu’au fait ça été un processus de civilisation etc.? »

« Le déni de ce que [le colonialisme] a réellement fait et continue de faire fait partie du mal que de nombreuses sociétés en Afrique s’efforcent de surmonter en essayant de penser et d’imaginer à quoi ressemblerait un avenir positif.»

« À quoi ressemble la responsabilité face à cette violence? (…) À quoi voulons-nous vraiment que la guérison et la reconnaissance ressemblent? »

Nnimmo Bassey (Progressive International, Nigéria)

« Il est vraiment temps d’annuler ces dettes odieuses. Il est temps aussi de parler de la dette écologique. Qui paiera pour la destruction écologique de l’Afrique? Qui paiera pour toutes les destructions irréfléchies et irresponsables qui sont perpétrées sur le continent depuis des centaines et des centaines d’années. Cette dette ne doit pas être ignorée en permanence; il est temps d’admettre que nous devrions tous exiger qu’une telle dette soit payée. L’Afrique est en fait un créancier net et en rien un continent débiteur. »

« Le mythe selon lequel les Africains ne peuvent pas se gouverner eux-mêmes a fait que chaque fois qu’il y avait une personnalité lumineuse, qu’il y avait une chance qu’un leadership apporte de vrais progrès dans le continent défini par les citoyens du continent, c’était inacceptable. Pour entretenir le mythe selon lequel les Africains ne peuvent pas se gouverner eux-mêmes, toute personnalité lumineuse a dû être retirée de force de ses fonctions ou assassinée.»

« Les choses matérielles que nous possédons ne doivent pas être les choses matérielles qui nous tuent. »

Vashna Jagarnath (Pan-Africa Today)

« Ces sortes d’esprits presque, la résurrection de nos ancêtres révolutionnaires, ont besoin de devenir des leçons actives pour nous dans notre lutte contre l’impérialisme. Et je pense qu’il est vraiment vital que nous tirions également parti – et c’est quelque chose qui depuis les années 1980 a été à l’arrière-plan de ce discours quand on pense au discours de libération – du rôle du socialisme et du communisme au sein de ces mouvements. Et on ne peut sous-estimer ceux-ci car ils sont vitaux pour défaire les façons dont les puissances impériales ont divisé ce continent et les façons dont elles extraient et exploitent ce continent, à la fois en termes de ressources humaines, de ressources intellectuelles et de ressources matérielles actuelles.»

« Pour Fanon, l’assassinat de Lumumba avec  La montée de cette élite nationaliste compromise a donné le ton de ce qui allait se passer sur le continent africain au cours des quarante années suivantes.»

Kwesi Pratt (Forum socialiste du Ghana)

« Le Congo a d’énormes ressources. Il a à lui seul la capacité de subvenir à tous les besoins en électricité de l’Afrique. Pourquoi beaucoup de nos peuples vivent-ils aujourd’hui sans électricité sur le continent africain? Tout l’Occident dépend du Congo pour les ressources nécessaires à faire progresser leurs économies. »

« Regardez le genre de dirigeants que nous avons sur le continent africain aujourd’hui. Des dirigeants néo-coloniaux qui ont perdu tout sens de la dignité. L’Afrique se relèvera. Et elle se lèvera sous la bannière du socialisme scientifique.»

« Nous continuons de vivre dans le bourbier de la pauvreté. Pourquoi? C’est parce que nous n’avons pas pu nous séparer de la métropole coloniale. C’est parce que tout ce qui se passe sur le continent a besoin d’élargir les comptes bancaires des entreprises du colonialisme métropolitain. »

« Que nous continuions aujourd’hui à œuvrer pour la construction de sociétés socialistes est une défaite pour ces forces. Et nous continuerons de les vaincre jour après jour, semaine après semaine, jusqu’à ce que nous construisions cette société – dans laquelle tous les êtres humains ont de la valeur, et dans laquelle aucun enfant ne se couche le ventre vide… »

Il est temps que les progressistes du monde s’unissent. Montre ton soutien. The Progressive International sur Facebook, Twitter et Instagram

Source de la photo: Wikimedia Commons.

Voulez-vous être informés des actions de DiEM25 ? Enregistrez-vous ici!