Quelles leçons politiques pouvons-nous tirer du football ? Une discussion animée avec Yanis Varoufakis, Brian Eno, Roger Waters et Ken Loach

Lors de la 6ème édition de Let’s Talk It Over, présidée par Frank Barat, Yanis Varoufakis, Brian Eno, Roger Waters et Ken Loach ont discuté des leçons que les progressistes doivent/peuvent tirer du… football.

L’heure s’est avérée amusante, et peut-être, éclairante. Quelle que soit la qualité de nos réflexions, il y a également eu deux moments amusants :

Quand Ken Loach s’est retrouvé tête en bas, nous rappelant à nous, gauchistes, comment Marx a traité Hegel :

Et quand Mowgli a décidé que j’en avais assez dit et qu’il était temps de l’emmener à la plage :

Après notre discussion, je me suis senti suffisamment inspiré pour mettre par écrit certaines des pensées que j’avais essayé d’exprimer. Pour ce qu’elles valent, les voici :

Les sociétés contemporaines, composées de personnes atomisées, refusent aux hommes et aux femmes l’expérience de la solidarité. Il est important de noter que le football est le dernier bastion de la solidarité. Il offre en effet de la solidarité à profusion, parfois jusqu’à la frénésie partagée.

Et, oui, c’est le beau jeu. La beauté du football atteint parfois les sommets d’un art à couper le souffle.

En outre, le football offre des sensations fortes, une simulation de guerre sanglante, ou du moins d’escarmouches qui, autrement, feraient intervenir la police. Il donne aux gens l’occasion de vivre des rituels tribaux et, en même temps, des fêtes communautaires. Il fait même revivre des moments de tragédie grecque antique, sous la forme des tirs au but que les fans anglais connaissent si bien.

Et puis, il y a la relation particulière entre les supporters et les joueurs – une relation unique que les gens ordinaires ne peuvent pas avoir avec les stars d’Hollywood ou les basketteurs surdimensionnés : les footballeurs leur ressemblent beaucoup. Et c’est pourquoi ils les glorifient : comme leurs alter ego.

Le football est aussi un peu comme les Pâques grecques ou catholiques : Il a la capacité unique de réunir sous le même toit les fascistes et les gauchistes qu’ils cherchent à exterminer. Sur les gradins, on trouve des suprémacistes blancs néofascistes et des syndicalistes marxistes. Sur le terrain, des gauchistes sophistiqués comme Socrates et Cantona et des icônes conservatrices comme David Beckham.

Il est temps de raconter une histoire personnelle : J’avais 10 ans. C’était en 1971. Panathinaïkos jouait contre l’Étoile rouge de Belgrade à Athènes en demi-finale du championnat d’Europe – ils ont remporté le match,  gagnant ainsi leur place en finale, à Wembley contre Ajax.  C’étaient des jours sombres, en pleine dictature fasciste (1967-1974). Nos dirigeants fascistes étaient présents dans le stade et applaudissaient. Je me souviens avoir regardé le match à la télévision avec ma mère, tous deux applaudissant la victoire de l’équipe grecque tout en sachant pertinemment qu’à deux pas du stade se trouvait une chambre de torture (dirigée par l’ESA, la redoutable police militaire) où des démocrates étaient torturés et mutilés, dont le frère de ma mère. Je mentionne cette histoire comme le meilleur exemple que je puisse trouver du paradoxe qu’est le football.

Le football est trop compliqué politiquement pour être décrit en termes noirs et blancs. Oui, le football donne à la classe ouvrière l’illusion que ses rituels sont meilleurs que ceux de la bourgeoisie. Mais attention : il ne s’agit PAS d’un sentiment révolutionnaire, mais d’un sentiment qui rend les travailleurs exploités plus disposés, voire enthousiastes, à endurer leur exploitation – il les rend plus réticents à devenir des agents du changement.

Pire encore, le football est un terrain fertile pour le populisme outré – rappelez-vous la récente révolte contre les salauds de capitalistes qui ont essayé de s’emparer du beau jeu avec leurs plans pour une Superligue. Les mêmes fans qui se réjouissent lorsqu’un salaud de riche achète leur club et promet de dépenser des millions pour acheter des joueurs vedettes !

Oui, le football est l’opium du peuple. Mais, comme les drogues psychotropes les plus efficaces, le football offre à l’homme un réconfort inestimable au milieu d’un ordre social cruel – et il capture beaucoup de ce qui est humain. Parce que je suis d’accord avec Karl Marx qui a dit un jour que “rien de ce qui est humain ne m’est étranger”, je pense que je n’ai pas le droit d’être un étranger au football.

Alors, avec cette excuse, permettez-moi de déclarer mon engagement éternel envers Panionios, mon équipe grecque qui lutte, fondée par des réfugiés arrivés ici en 1922. Et permettez-moi de terminer par un “Allez les Rouges !” , s’adressant à la fois aux socialistes et à Liverpool, une association plausible grâce au grand socialiste Bill Shankly.

Voulez-vous être informés des actions de DiEM25 ? Enregistrez-vous ici!