L’art et la culture dans des dictatures qui passent pour des démocraties

La pandémie de COVID-19 a généré des circonstances étranges vécues dans le monde entier, après toutes les conséquences tragiques des guerres du 20e siècle. L’environnement quotidien est loin de l’ordre socio-économique commun. Les gens de toutes les classes essaient de faire face à la contrainte physique, à la solitude spirituelle, à l’incertitude mondiale et à l’anxiété face à l’avenir.

Le régime post-vérité auquel nous assistons depuis plus d’une décennie, combiné à la pandémie, a encore compliqué notre prise de conscience, notre perception, notre sensibilisation et nos connaissances. L’activité politique et économique se structure selon une nouvelle impasse.

Que signifie cette vérité nue et absolue que nous vivons pour l’avenir ? C’est la question la plus posée aujourd’hui sur la scène artistique et culturelle mondiale : l’action humaine la plus omniprésente et la plus opérationnelle contre l’économie et la politique.

La post-vérité est comprise comme la modification du sens de la vérité, un système qui vise à capter le pouvoir politique et économique. Les préoccupations actuelles concernant l’économie, la politique et la culture mondiales qui sont sous l’inévitable hégémonie de la post-vérité, nous obligent à repenser la pertinence de la vérité – qui est le concept principal et le but de l’art contemporain – et la pertinence des productions actuelles et de l’Esthétique relationnelle.

Les artistes, critiques d’art, académiciens et experts travaillant dans ce domaine sont confrontés à un nouveau défi pour communiquer avec le public frappé par la pandémie à travers l’art contemporain. Le principal revers dans ce domaine est la différence des ordres politico-socio-économiques, malgré le pouvoir de contrôle croissant du capitalisme.

La vérité est qu’il y a des pays et des régions qui respectent la démocratie, la justice, les droits de l’homme etc., et il y a des pays qui sont très éloignés de ces valeurs incontestables. À mon grand regret, je parle d’un pays [la Turquie] avec une démocratie endommagée qui embrasse la post-vérité. Comme l’a dit Jürgen Habermas : « Une ‘démocratie post-vérité’ […] ne serait plus une démocratie.»*

Dans les systèmes non démocratiques, il existe une série de problèmes négatifs liés à la pertinence des productions artistiques et culturelles contemporaines, ainsi qu’aux activités des artistes envers leur public. Les médias de masse collaborent avec les pouvoirs qui gouvernent qui offrent une démocratie limitée, tout en convainquant les gens qu’ils vivent réellement dans une démocratie. L’industrie de la culture et de l’art, avec ses systèmes populistes, dépendants financièrement et son soutien inévitable aux relations publiques, promet un service presque désintéressé à la société du spectacle, qui ne fait que produire des illusions. Les artistes sceptiques ou dissidents sont confrontés à cette complexité permanente.

En 2016, à Berlin, lors de ma participation à « Soul for Europe », j’ai eu l’occasion de justifier le pouvoir actuel de la production artistique et culturelle contemporaine dans des pays à démocratie limitée. J’ai affirmé que les artistes contemporains, les experts en art, les activités artistiques et culturelles en Turquie (et dans les pays similaires de la région), les institutions privées ou les initiatives individuelles, sont efficaces pour atteindre les objectifs et intentions culturels, tels que :

  • une vision claire et impartiale impliquant un pouvoir de transformation vers la démocratie
  • liberté d’expression et de communication
  • respect du pluralisme, des droits de l’homme et des droits de genre
  • responsabilité vis-à-vis des problèmes écologiques
  • développement de la sensibilisation du public

Les artistes visuels, avec leurs œuvres d’art qualifiées sur le plan esthétique et conceptuellement compétentes, sont des productions visuelles largement et fortement enrichissantes, et les femmes artistes sont à l’avant-garde de cette démarche. Mais, comment les artistes profitent de leurs productions, ou plutôt comment ils survivent, reste une question cruciale.

La plupart des artistes travaillent dans des universités, des entreprises de design graphique ou des studios d’art publics. Un petit nombre d’artistes sont soutenus par leur famille ou d’autres revenus privés. Les galeries privées emploient occasionnellement des conservateurs. Cependant, les musées ou les lieux privés d’art et de culture ne suffisent pas à répondre aux demandes d’emploi des artistes, sans compter qu’ils préfèrent souvent gérer leurs institutions avec des politiques de bas salaires.

Dans les conditions politiques et économiques actuelles en Turquie et dans la région, il peut être difficile de continuer à renforcer les efforts socioculturels et artistiques. Les artistes recherchent aujourd’hui des opportunités pour vivre et travailler à l’étranger dans l’UE, mais cela aussi est devenu presque impossible dans des conditions de pandémie. Heureusement, les artistes et les professionnels de l’art peuvent voir, catégoriser et marquer les appareils qui servent les régimes de post-vérité.

Ces appareils adverses montrent la vie aisée des classes privilégiées comme le seul but de la vie, avec des productions utilisées comme « un must » vers ce but. Ces institutions interviennent dans la communication organique entre les créateurs et le public avec l’intention de convertir chaque élément de cette communication en argent. Ils canalisent les formes d’art existantes et leurs informations critiques à travers des systèmes extraterrestres et les chargent de contenus qui ne leur appartiennent pas. Ils transforment la qualité des œuvres d’art, qui visent à toucher un très large public, en profit.

Ici, nous avons besoin d’une nouvelle approche du marché mondial de l’art ; souligner la frontière entre la valeur socio-politico-culturelle et la valeur marchande de l’œuvre d’art. Ceci est plus essentiel dans les pays non démocratiques où seules les créations décoratives peuvent être exposées et commercialisées. Dans l’ordre pandémique post-vérité dans lequel nous vivons, en particulier dans les pays où la démocratie est endommagée, les produits de l’esthétique relationnelle, qui font des productions visuelles critiques et oppositionnelles entre le régime de vérité et le régime de post-vérité, sont considérés en opposition à l’identité traditionnelle, nationalisme, religion et culture de masse néo-capitaliste.

Si l’on considère que les œuvres d’esthétique relationnelle ont une fonction au sein de l’agression visuelle de la Post-vérité, c’est évidemment le langage visuel énigmatique qui pénètre dans le subconscient de la société et provoque la prise de conscience. Cependant, dans de nombreux pays, ces productions sont dévoyées par la censure et le vandalisme. Mais ces attaques n’empêchent pas la continuité de la production artistique. Les commissaires qui soutiennent les artistes et leurs œuvres prennent inévitablement une position politique et offrent des opportunités pour cette continuité.

Dans des environnements politiques aussi hostiles, une contre-position est créée en autonomisant la main-d’œuvre artistique et culturelle à travers la fondation d’ONG, ainsi que des initiatives artistiques et culturelles au niveau mondial. Les programmes mondiaux de résidence d’artistes et d’experts en art, et les projets artistiques et culturels financés par des initiatives publiques et privées, sont les principaux bastions de la durabilité.

Depuis 1990, les expositions, colloques et ateliers organisés en Turquie, dans les Balkans, au Moyen-Orient et dans le Caucase du Sud en collaboration avec les institutions de l’UE, ont reflété de manière significative la volonté et la vision de la collaboration dans les arts et la culture. Tout au long des années 90, les applications de la politique culturelle de l’UE ont non seulement fourni des opportunités aux artistes et aux curateurs à la recherche de nouveaux publics et marchés, mais ont également soutenu des entreprises culturelles dans des pays non démocratiques ou semi-démocratiques.

Cependant, la plupart de ces pays sont encore exposés à des transformations et des blocages politiques et économiques. Cela signifie que la main-d’œuvre artistique et culturelle est toujours à la recherche de nouveaux alliés et partenaires pour affronter et surmonter la grandeur de la tâche. La répartition des connaissances et des fonds de l’UE pour les expositions multiculturelles dans des régions ou des villes a également joué un rôle dans la réduction de l’autorité des structures artistiques et culturelles modernistes contrôlées par l’État et basées sur des proclamations euro centriques locales, nationales ou du XXe siècle.

L’évolution de l’art et de la culture de la Turquie depuis les années 1980 est un exemple de ce rôle important. L’échange artistique intense au sein de la région, où Istanbul est le centre des premières réalisations dans le domaine de l’art et de la culture, se compose d’expositions multilatérales, de tables rondes ou de colloques et de résidences d’artistes.

Actuellement, deux directions influencent les politiques artistiques et culturelles en Turquie : L’une d’elles est la politique culturelle officielle dominante piégée dans l’idéologie moderniste, mélangée à la nostalgie d’un art et d’une culture islamiques illusoires. L’autre est en corrélation avec les investissements du secteur privé, le dynamisme irrépressible des activités artistiques et culturelles contemporaines à travers les échanges internationaux, la communication et les relations de marché.

Je pense que l’UE a fait des efforts pour remplir sa fonction de préservation de la diversité culturelle, tout en assurant l’égalité dans les systèmes de communication et d’échange. Cependant, il y a un gros problème dans cette fonction. La politique de l’UE visant à actualiser les politiques artistiques et culturelles dans les pays en proie à des troubles politiques et économiques présente des failles qui doivent être révisées.

Par exemple, l’industrie internationale traditionnelle de l’art et de la culture entretient des liens très étroits avec des entreprises internationales privées. Elle comprend un réseau vaste et complexe d’artistes, de galeries, de médias, de conservateurs, de collectionneurs, d’institutions privées et officielles. C’est donc une entité impénétrable qui a ses propres règles et concepts et n’aime pas être manipulée par un autre pouvoir. Elle a son propre pouvoir et tous les acteurs du système jouissent de ce pouvoir.

L’autre système comprend les institutions officielles, les musées, les universités et les politiques publiques de l’État/de la nation. Les intérêts de ce système sont fondés sur les idéologies de l’État-nation, qui est une autre unité dans laquelle il est difficile de pénétrer. Un autre problème est la dynamique de l’art lui-même. Les artistes sont indépendants, libres et veulent faire ce en quoi ils croient.

Si elle a un avenir, la politique artistique et culturelle de l’UE devrait tenir compte de son intérêt pour les démocraties dans les territoires frontaliers et soutenir les producteurs d’art et de culture dissidents vivant dans des dictatures.

 

Beral Madra est historienne de l’art, critique, commissaire d’exposition et membre élue du collectif de coordination de DiEM25.

Photo par Ian Taylor sur Unsplash

Voulez-vous être informés des actions de DiEM25 ? Enregistrez-vous ici!