Une campagne non conformiste pour vacciner la planète

Comment les gouvernements peuvent-ils mieux persuader les gens de se faire vacciner ? 

La campagne de vaccination contre le COVID est un élément clé de la crise du siècle. Il s’agit donc d’une étude de cas en direct, intéressante pour toute personne impliquée dans la conception et l’exécution de campagnes.

Plongez dedans avec l’article ci-dessous.

Une galère

Pour moi, trois choses sont entrées en collision:

  • De plus en plus de gens semblent penser que si seulement les pénibles théories du complot sur le vaccin n’existaient pas, les taux de vaccination contre  le COVID-19 seraient beaucoup plus élevés.
  • Le gouvernement grec a annoncé des vaccinations obligatoires pour les personnes de plus de 60 ans.
  • Et au moment où j’écris, la variante Omicron est apparue en Grèce. Dans ma ville.

Les vaccins sont un excellent outil pour lutter contre le COVID-19. Mais dans les pays où les vaccins sont disponibles, force est de constater que le public hésite encore à leur égard : seulement 66,3 % des Européens sont totalement vaccinés au moment où j’écris ces lignes1.

Taux de vaccination mondiaux contre le COVID au 6 décembre, selon Reuters.
Les pays à faible revenu ont des taux plus faibles en raison de l’inégalité scandaleuse de la distribution des vaccins. Mais même dans les pays à revenu élevé où les vaccins sont largement disponibles, l’adoption est à la traîne.

 

Maintenant, je ne peux pas attribuer cela à des personnes qui tombent sous l’emprise des théoriciens du complot et de la désinformation. Ni à l’entêtement, ni à la bêtise. Il s’agit plutôt d’un gâchis complexe de facteurs. Mais le manque de confiance dans les institutions joue un grand rôle. Comme l’explique Arthur Caplan de l’École de Médecine de l’Université de New York:

La santé publique en général et la vaccination en particulier sont autant basées sur la politique, les valeurs, et la confiance du public que sur la science et les faits.

Ou comme dit le Centre consultatif pour l’Immunisation de Nouvelle Zélande :

Se faire vacciner est un acte de confiance. La confiance se construit à travers les relations, le réconfort et la connexion.

La confiance du public est une ressource vitale pour un gouvernement qui gère une crise. Pourtant, les obligations de vaccination – que nos dirigeants envisagent maintenant dans toute l’Europe ne font qu’endommager davantage la confiance. Cela nous prépare à de Gros Problèmes à la fois pour le COVID (respect des mesures) et ses conséquences (cohésion sociale et polarisation politique2).

Soyons clairs : chacun a une responsabilité ici. L’humanité ne vaincra pas la pandémie (quoi que cela puisse signifier) sans que nous ne changions nos comportements.

Mais je serais plus à l’aise pour rejeter la responsabilité de notre échec sur les individus si j’avais vu des gouvernements faire un excellent travail de persuasion et ne pas atteindre leurs objectifs.

Comment faire mieux ?

Entrez dans le rôle du parent nourricier

Dans son livre de 2004 Moral Politics, le linguiste George Lakoff propose deux modèles différents de gestion des sociétés : le « père strict » et le « parent nourricier ». De manière écrasante, le cadre que les gouvernements ont utilisé pour lutter contre le COVID a été le premier. (Dans certains cas, comme en Autriche, père abusif, intimidant et sévère.)

Modèles de George Lakoff dans « Moral Politics »

Il est temps d’essayer le modèle du parent nourricier. Il est temps d’arrêter de traiter les gens comme des idiots. Il est temps pour un changement radical.

J’ai donc plongé dans ce que les gouvernements ont fait dans le monde pour faire vacciner tout le monde – de la Nouvelle-Zélande à l’Inde en passant par les États ruraux des États-Unis – et j’ai fait quelques suggestions. Celles-ci pourraient être utiles aux gouvernements qui souhaitent changer de cap dans la pandémie. Ou pour la prochaine crise.

Quelques précisions: cet article traite spécifiquement du déploiement de la vaccination et non des stratégies COVID des gouvernements dans leur ensemble. Le premier doit s’intégrer dans les secondes. Et ces idées ne fonctionneront pas partout; chaque pays a sa propre histoire et ses particularités culturelles. Je les mets en avant dans l’esprit de « voir ce qui peut être adapté ».

OK allons-y.

Propositions

1. Parlez comme un humain

Pour les gouvernements et les professionnels de la santé3:

  • Reconnaissez les préoccupations des gens. Rencontrez-les là où ils sont. Concentrez-vous sur la façon dont ils peuvent en bénéficier s’ils sont persuadés. Traitez-les avec respect, ce n’est pas si difficile.
  • Donnez des « à faire » plutôt que des « ne pas faire ». Expliquez toujours pourquoi. Ne soyez pas dogmatique4 lorsque la confiance du public est faible, cela a l’effet inverse de ce que vous souhaitez.

Affiches de la campagne néo-zélandaise contre le COVID. Comparez son ton avec les messages dogmatiques et culpabilisants dans d’autres pays, comme le Royaume-Uni.

  • Faites passer les valeurs avant les preuves – partagez ce que vous pensez de la pandémie, de la réponse, de l’avenir. Que vous soyez porte-parole du gouvernement ou médecin de village, mettez-vous au même niveau. Nous sommes tous  dans le même bateau. Reconnaître les erreurs commises par les autorités. Si vous mettez à jour (ou annulez) vos conseils, faites précéder vos commentaires d’une  mention à cet effet5. Admettez ce que nous ne savons pas. Expliquez comment nous savons ce que nous savons.
  • Les gens ne sont pas des experts. Utilisez un langage simple et des métaphores auxquelles les gens peuvent s’identifier. Utilisez des histoires plutôt que des statistiques – elles sont plus convaincantes. Au lieu de lancer des chiffres, donnez des anecdotes sur de vraies personnes.
  • Aidez les gens à peser les risques et les avantages de leurs actions. Faites comprendre aux gens que s’ils choisissent de ne pas se faire vacciner maintenant, vous pourriez ne pas être d’accord avec cela, mais vous l’accepterez.

2. Soyez incroyablement transparent

  • Envisagez de diffuser en direct des réunions où vos experts conseillent le gouvernement sur l’effort de vaccination. Pas seulement des conférences de presse où tout le monde a été briefé et délivre le même message. Qu’ils voient les débats internes. Même si ce n’est qu’une fois par mois, le public l’appréciera.
  • Publiez votre plan de déploiement de la vaccination sur votre site internet et comment vous gérerez des scénarios tels que de nouveaux variants. Invitez le public à examiner votre plan et à y faire des suggestions.
  • Publiez vos stocks de vaccins: où vous vous procurez vos produits, vos appels d’offres publics, quels fournisseurs et distributeurs vous utilisez, combien cela coûte. Publiez quotidiennement les données vérifiées que le gouvernement lui-même utilise pour mesurer comment les choses se passent. Publiez l’ensemble.

L’État de l’Utah propose une « storymap » des progrès de la pandémie. Le gouvernement canadien publie ses accords sur les vaccins sur son site.

 

3. Tenez des réunions publiques mensuelles

  • Organisez des panels dans les espaces publics (ou dans le pire des cas, en ligne) avec des panels d’experts, en commençant par les centres urbains. Même des experts qui ne sont pas d’accord. Laissez-les présenter leur cas sur les voies à suivre et répondre aux questions de l’auditoire.
  • Diffusez en direct toute la discussion sur YouTube et la télévision locale pour les personnes qui ne peuvent pas y assister.
  • Cela montre que vous êtes prêt à écouter et que vous ne craignez pas les points de vue qui contredisent les vôtres.

Une assemblée publique, en ligne dans ce cas, organisée par le gouvernement de l’Ohio. Celle-ci cible spécifiquement les Noirs américains et répond aux questions du public.

 

4. Motivez en saluant les succès, sans vous concentrer sur les lacunes

  • Si vous atteignez, disons, un taux de vaccination de 40 % pour un certain groupe d’âge ou une certaine région, ne vous lamentez pas sur les 60 %. Célébrez les 40% dans vos communications publiques. NOUS L’AVONS FAIT !! Et puis  remettez-vous au travail pour combler l’écart.

5. Montrez à vos publics cibles des gens comme eux.

  • Ayez trois porte-parole de différentes catégories démographiques. Faites-les pivoter en fonction des groupes  démographiques les moins vaccinés – vos communautés cibles. Tenez compte de l’origine ethnique, de l’âge et des accents régionaux, etc.
  • Faites la même rotation pour les personnes figurant dans votre matériel de campagne.

6. Adoptez une vision nuancée des personnes qui ne sont pas encore vaccinées.

Reconnaissez que les « anti-vaccins » incluent une grande variété de personnes. Et adaptez votre stratégie pour atteindre chaque sous-groupe.

C’est ça.

Une crise comme celle du COVID est l’occasion d’une réinitialisation. Beaucoup de terrain peut être regagné (ou perdu) en peu de temps.

Nous nous devons de voir comment nous pourrions procéder différemment. Ces propositions sont un début.


Ceci a été publié pour la première fois dans le Bulletin d’information militant de Subvrt. Vos commentaires constructifs sont les bienvenus : Twitter ou e-mail. 

Notes

1 : FWIW, je suis l’un d’entre eux. De plus, je vais mettre de côté la question de la vaccination des enfants contre le COVID dans le cadre de cet article.

2: Comme je l’ai suggéré auparavant, dans l’environnement actuel, les actions strictes du père envers le public favoriseront probablement le ressentiment. Les personnes qui étaient nerveuses à propos du vaccin, qui ne faisaient déjà pas confiance aux institutions, pourraient céder maintenant parce qu’elles sentent qu’elles n’ont pas le choix. Mais lorsqu’un perturbateur à la langue habile arrive et leur propose un bouton « Va te faire foutre », ces personnes seront plus susceptibles de le soutenir.

3 : Voici la recette néo-zélandaise des messages gouvernementaux humanisés en cas de pandémie : une communication ouverte, honnête et directe ; langage distinctif et motivant; et expressions de sollicitude.

4:  Selon Matt Taibbi, évitez « l’instinct de blinder même des sujets sans rapport, avec des couches successives de dogme insistant sur le vaccin ».

5: Comme le Medical Journal of Australia déclare :« Évitez de trop rassurer les gens sur la sécurité des vaccins avec des déclarations telles que « le vaccin est sans danger pour les personnes de plus de 50 an.” Un excès de confiance précoce dans les taux d’un résultat peut également affecter la confiance si les données changent. Signalez le potentiel de mise à jour des estimations au fil du temps afin que le public soit plus prêt au changement. »

Voulez-vous être informés des actions de DiEM25 ? Enregistrez-vous ici!