Corona: Fraude sur le chômage partiel – Appel à témoignage !

par DSC Luxembourg 1

Les entreprises qui reçoivent à tort une aide au chômage partiel commettent un vol sur chaque citoyen.

Nous recherchons des témoins pour l’interrogatoire- qui seront bien sûr traités de manière strictement confidentielle – à questionner sur le sujet de la fraude aux subventions avec le chômage partiel Corona! Nous voulons offrir plus d’espace à ce problème et le faire connaître du grand public pour empêcher les entrepreneurs d’exploiter leurs employés et de voler l’État!

Aidez-nous en nous écrivant simplement vos expériences à dsc2@diem25.lu ou via Facebook Messenger à DiEM25 Luxembourg DSC. Nous pouvons aussi nous rencontrer personnellement pour une conversation. Si vous ne travaillez pas au Luxembourg, vous pouvez bien sûr nous écrire également et nous vous dirigerons vers un DSC dans le pays concerné qui s’occupera de la question.

De quoi s’agit-il ?

Pour atténuer les dommages économiques causés par l’arrêt de l’économie suite à la pandémie du Corona, de nombreux pays européens, dont le Luxembourg, offrent une assistance immédiate aux entreprises sous forme d’indemnités de chômage partiel.

L’employeur verse des indemnités de chômage partiel à ses employés et fournit ensuite le nombre exact d’heures d’absence du travail pour chaque salarié concerné, afin d’obtenir le remboursement de l’État.

Surtout maintenant, en période de crise et de télétravail accru sans enregistrement électronique du temps de travail, il n’est pas facile pour l’État de contrôler la véracité des données. Cela conduit nombreuses entreprises à tenter de bénéficier de manière injustifiée des subventions gouvernementales pour le chômage partiel et de fausser les heures de travail effectives.

Pourquoi est-ce un problème ?

Tout simplement : augmentation des profits grâce au chômage partiel aux frais de l’employé ! 

Par des remarques selon lesquelles “le chômage partiel n’est pas une période de vacances” et “chacun doit contribuer au bien-être de l’entreprise en ces temps difficiles” aux menaces que tous ceux qui ne soutiennent pas la fraude perdront tôt ou tard leur emploi – l’employé est obligé de renoncer à une partie de son salaire tout en continuant à effectuer son travail.

En outre, il est fréquent que le chômage partiel ne débute que sur la base d’un contrat de travail normal. Les cadres supérieurs et les dirigeants continuent généralement à travailler normalement, c’est-à-dire qu’ils continuent à percevoir leur salaire complet. C’est une injustice qui montre que la justification de “devoir faire des sacrifices pour le bien commun” n’est qu’un prétexte pour exploiter davantage les salariés les plus faibles.

Vous êtes témoin d’une fraude aux subventions avec le chômage partiel Corona ?

Etant donné que dans de nombreux cas, le comité d’entreprise est malheureusement au courant et reste silencieux, il est difficile pour les employés de prendre des mesures pour mettre fin aux abus commis par les entreprises. L’idéal est d’en informer l’Agence pour le développement de l’emploi (ADEM) ou le syndicat (si vous en faites partie). Vous pouvez également contacter la presse si vous souhaitez dénoncer les abus tout en gardant l’anonymat.

Je ne suis pas concerné par la fraude au chômage partiel dans mon lieu de travail – pourquoi devrais-je être gêné par la fraude d’autres entreprises individuelles contre l’État ?

L’État lui-même n’a pas d’argent; ses principaux revenus sont les impôts tels que l’impôt sur le revenu, la taxe de vente ou les droits de succession, et sont donc payés par le peuple. Le gouvernement décide à quoi l’argent – notre argent – est dépensé. L’argent indûment versé pour l’aide au chômage partiel, par exemple, n’est donc plus disponible pour des sujets vraiment importants tels que les institutions sociales, le changement climatique ou les infrastructures publiques.

En bref, les entreprises qui reçoivent à tort une aide au chômage partiel commettent un vol sur chaque citoyen. En outre, dans l’Union européenne, quelque 1 000 milliards d’euros sont détournés annuellement par des entreprises et des particuliers grâce à l’évasion et à l’optimisation fiscales – et le Luxembourg est bien sûr en tête de liste en tant que l’un des paradis fiscaux les plus populaires.

Quels sont les risques encourus pour ces sociétés frauduleuses ?

L’entreprise risque de recevoir des amendes pour :

– Travail clandestin / non déclaré

– Fraude aux subventions

– Coercition ou chantage, s’il demande à ses employés de donner de fausses informations sur les horaires de travail.

Et les employés ?

Les employés sont également menacés de sanctions s’ils falsifient les feuilles de présence, respectivement, les horaires de travail à court terme ou encore s’ils pointent leur départ mais continuent ensuite à travailler.

Quand une fraude est suspectée, les autorités peuvent rechercher sur les ordinateurs de tous les employés des e-mails liés au travail et des historiques d’applications de chat et de vidéoconférence, ce qui permet de trouver facilement des preuves.

Voulez-vous être informés des actions de DiEM25 ? Enregistrez-vous ici!