La démocratie délibérative et le « nous national » monoculturel d’Israël

Il n’y a pas si longtemps, le test décisif reconnu d’une démocratie dynamique était la façon dont elle traitait ses minorités. Nous en sommes bien loin aujourd’hui !

J’ai commencé à réfléchir à l’impact antidémocratique de la polarisation – qui commence souvent par la fermeture peu remarquée des opportunités de démocratie délibérative (c’est-à-dire d’une conversation adulte entre des individus qui pensent différemment et ont des intérêts différents), comme la destruction de la civilité en ligne – en observant l’escalade de la polarisation qui a affligé le processus du Brexit, menaçant nos institutions démocratiques. L’escalade de la polarisation dans l’attaque contre le parti travailliste par les accusateurs d’antisémitisme à l’intérieur et à l’extérieur du parti partage certaines caractéristiques similaires. En effet, il est devenu évident que le parti travailliste, tel qu’il est actuellement construit, est totalement incapable de faire face à ces deux polarisations.

Accusé de tergiverser ou de rester sur la touche, le parti travailliste est au contraire contraint à un autoritarisme autodestructeur qui lui est propre. Dans les deux cas, il ne s’agissait pas de questions périphériques qui se sont malheureusement mises en travers du chemin de ceux qui soutiennent le plus grand nombre et non le plus petit nombre, et qui, par conséquent, ne devraient pas être prises en considération. Un marxiste pourrait bien dire que, tant dans le cas du Brexit que de l'”antisémitisme”, le parti travailliste n’a pas réussi à les considérer comme une ligne de front dans la lutte des classes dans le monde contemporain. Vous pourriez bien dire, sans surprise… puisque le parti travailliste britannique n’est pas un parti marxiste. À cet égard, comme de nombreux partis de gauche, il est désespérément économiste et idéologiquement complètement sourd.

J’ai déjà fait valoir que dans les accusations et contre-accusations autour du terme sioniste, ceux qui sont ouvertement antisionistes ne parviennent pas à articuler clairement le Nous National Monoculturel qui se cache implicitement dans ce concept qui définit l’État israélien. La critique du soutien sioniste à l’État israélien peut rapidement nous plonger dans une controverse sur les analogies avec l’apartheid ou la nature précise d’un État colonial colonisateur, alors que nous essayons de cerner ce qui est uniquement effroyable dans les politiques israéliennes à l’égard des Palestiniens. Rapidement, nous nous retrouvons accusés d’antisémitisme pour avoir montré du doigt Israël alors qu’il existe de nombreux autres États transgresseurs en matière de droits de l’homme. Donald Trump est l’un de ces accusateurs, qui ne tente pas d’expliquer, bien sûr, pourquoi les États-Unis accordent à Israël une protection spéciale, un soutien considérable et une alliance militaire, sans tenir compte de ses violations du droit international et de l’impunité avec laquelle Israël agit envers les Palestiniens à l’intérieur et à l’extérieur de ses frontières.

Par le Nous National Monoculturel dans le cas d’Israël, nous parlons, avant tout, de la nature de l’État. L’État sioniste prétend être spécialement destiné au peuple juif : en fait, il fait tout son possible pour offrir aux Juifs du monde entier un accès spécial à sa citoyenneté. À cet égard, et parce que la judéité est liée à la race et à la religion, il est très facile de commettre l’erreur de sembler critiquer la judéité lorsqu’on critique les actions de l’État-nation israélien. Et il n’est pas aussi simple de suivre le conseil selon lequel il faut toujours faire la différence entre la critique de l’État et la critique du peuple israélien, dans une situation où tant de citoyens israéliens et de nombreuses sections de la diaspora juive semblent avoir adhéré aux droits d’exclusion des Nous Nationaux Monoculturels. La confusion de ceux qui essaient de comprendre la différence entre la “souveraineté populaire” et une “volonté du peuple” unitaire ne se limite pas non plus au peuple juif. Les nationalismes qui surgissent partout dans le monde et dans une grande partie de l’Europe partent tous du principe que ce qui est menacé, ce sont les “gens comme nous”. Et que la menace – pour eux – commence précisément par la diversité – “multiculturalisme”, “cosmopolitisme” etc. etc.

Il n’est pas surprenant que le peuple juif se soit tourné dans cette direction. Étant donné l’histoire de l’antisémitisme, de la peur et de la violence dans laquelle l’État est né, il est en fait presque évident que, dans ce contexte, le “Plus jamais ça” de la Seconde Guerre mondiale devrait, avec très peu d’encouragement, devenir “Ayons toujours le dessus et ne soyons plus jamais faibles ou effrayés”. Il n’est pas du tout surprenant qu’à l’intérieur d’Israël, l’exclusion et la discrimination à l’encontre de sa minorité palestinienne (environ 20 % de la population) se soient ancrées au fil des ans dans des lois censées “préserver la capacité de réaliser le rêve sioniste dans la pratique”. Il n’est pas surprenant que les droits de l’homme, en particulier les droits des minorités et des migrants, soient en fuite en Israël, ou que la présidence de la Knesset ait récemment disqualifié un projet de loi intitulé : “Loi fondamentale : Israël [est] un État pour tous ses citoyens”.

Et il n’est pas du tout surprenant que l’ennemi extérieur projeté qui revient toujours menacer la paix d’une personne ait transformé progressivement les Territoires occupés en une grande prison à ciel ouvert qui est un reproche et un scandale dans le monde. Car, dès lors que l’on s’engage dans la voie du Nous National Monoculturel, fondé sur un “Nous” unitaire et un “Eux” défini comme inférieur, voire menaçant, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur, c’est la logique et le destin inévitable du Nous National. C’est pourquoi il est si important de critiquer l’État sioniste et le sionisme en tant que philosophie politique qui sous-tend l’État israélien, parce qu’il est si clairement devenu ce type monoculturel ou unitaire de Nous National, soutenu par la violence de l’État ; et parce qu’il est dans la nature de cette même économie simple du désir qui, à moins qu’elle ne soit reconnue pour ce qu’elle est et arrêtée, doit conduire à une violence continue et croissante.

Dans le cadre de DiEM25, nous avons de nombreuses raisons de considérer ce débat comme essentiel pour nous. Dans le cadre de cet argument, ce qui ne va pas avec l’Etat sioniste n’a rien à voir avec la judéité, et tout à voir avec la nature unitaire du Nous National Monoculturel. Il pourrait s’agir d’un regroupement unitaire de n’importe qui et de n’importe quoi – tant qu’il a la capacité de construire un “Nous” et un “Eux” polarisés. Sa létalité dépendrait de sa capacité étatique. Dès que nous commençons à voir les choses sous cet angle, Trump a raison. Il y a quelque chose d’extrêmement normal, voire banal, dans ce qui ne va pas avec l’État-nation israélien dans sa réponse aux Palestiniens. En tant que nouveau venu dans le modèle, il n’est pas très différent de l’État-nation européen, ne différant que récemment par le degré de violence interne et externe qu’il a été prêt à entreprendre pour perpétuer son statut de nation. (Voir le livre pénétrant de Jacqueline Rose, The Question of Zion (2005), sur la façon dont “le sionisme … a importé au Moyen-Orient un concept d’Europe centrale de … nation organique, fondée sur l’ethnicité et le sang (ou “la terre, la descendance et les morts”) … la version même de la nation que le peuple juif a dû fuir”).

En observant l’Europe d’aujourd’hui (et c’est la même chose aux États-Unis, en Inde, au Brésil, en Turquie, en Russie, aux Philippines, dans de plus en plus de régions du monde), nous commençons à voir des exemples successifs d’États libéraux qui se tournent vers l’illibéralisme lorsque les Vrais Personnes – “des gens comme nous” – commencent à émerger en leur sein, souvent dirigées par un leader fort, tandis que les autres sont ignorés, vilipendés et finalement accusés de trahison. L’Italie en est un bon exemple, avec l’émergence récente du “mouvement des sardines” qui a rempli les places en Italie juste pour faire comprendre que Salvini ne représente pas à lui seul la “volonté du peuple”. La “volonté du peuple” unitaire de Boris Johnson est la même formule dans la Grande-Bretagne du Brexit. Et “la Communauté Juive”, si constamment invoquée dans la campagne contre l’antisémitisme au sein du Parti travailliste britannique, est si dangereuse parce qu’elle constitue encore un autre “Nous” unitaire avec son inévitable “Eux” existentiellement menaçant.

Mais les Vrais Personnes se débrouillent très bien dans les séries d’élections actuelles. 70 millions de voix pour Trump, ce n’est pas mal du tout, n’est-ce pas ? Ce que Donald Trump voulait que nous concluions lorsqu’il a contesté l'”exceptionnalisme israélien” en le qualifiant d’antisémite, c’est qu’une démocratie israélienne ainsi constituée a autant le droit de mener de telles politiques que n’importe quelle autre démocratie constituée de manière similaire. Mais le point de vue de Rose est opposé : la rigueur avec laquelle Israël poursuit la défense d’un État exclusiviste basé sur l’unité raciale et religieuse en fait un exemple frappant et majeur du résultat inévitablement raciste et autodestructeur de la “nation organique” et de son descendant moderne qui conduit ce que nous avons rapidement identifié comme la très dangereuse Internationale Nationaliste.

Partout où nous regardons aujourd’hui, nous constatons un revirement mondial décisif vers des constructions monoculturelles du “Nous National” – pas seulement en Hongrie ou en Pologne, mais dans une Italie qui se rechristianise, une France qui se relaïcise, la Grande-Bretagne du Brexit, un “axe des volontaires contre l’immigration illégale” en Europe centrale, la montée de l’AfD en Allemagne, de Vox en Espagne, et ainsi de suite – nous pourrions continuer.

Il y a des conclusions urgentes que nous pourrions effectivement tirer de l’expérience israélienne. Tout le fracas autour des allégations d’antisémitisme a imposé à de nombreuses organisations progressistes un facteur de refroidissement qui les empêche de débattre du virage dangereux qui a été pris, au niveau national et international, dans le monde en général, avec pour moteur le Nous National Monoculturel – et certainement pas la judéité.

Dans notre DiEM25 transnational et démocratisant, une façon de montrer sa solidarité avec la situation difficile dans laquelle se trouve le peuple israélien est de soulever ces questions pour un débat urgent, permettant à la communauté internationale de faire plus que d’être le témoin agonisant de la violence qui en résulte.

Voulez-vous être informés des actions de DiEM25 ? Enregistrez-vous ici!