DiEM25 apporte un soutien critique à Macron face à Le Pen au second tour des élections françaises

Un vote de tou.te.s les membres quant à la confrontation entre Macron et Le Pen voit DiEM25 opter pour tout faire pour empêcher l’extrême droite d’accéder au pouvoir

Suite à un vote de tou.te.s les membres concernant le second tour des élections présidentielles françaises, DiEM25 soutient Emmanuel Macron contre Marine Le Pen, tout en restant farouchement opposé à l’actuel dirigeant français et à ses politiques.

Cinq années se sont écoulées et, une fois de plus, le peuple français est confronté à un scénario trop familier, puisqu’il doit choisir entre la rhétorique d’extrême droite de Le Pen et la politique de l’Establishment de Macron.

Lors des dernières élections, certain.e.s avaient été séduit.e.s par la fraîcheur de Macron, pensant que ses ambitions d’intégration européenne porteraient des fruits progressistes. Cependant, peu après son élection, il est apparu que ses promesses n’étaient qu’un outil de communication.

Après un quinquennat marqué par les promesses non tenues du président français, par l’imposition d’une économie néolibérale et des politiques antisociales, il n’y a désormais plus aucune illusion à se faire: Macron ne représente substantiellement nulle forme de progressisme. Cependant, cela ne justifie pas l’élection d’une dirigeante autoritaire et raciste à sa place.

Voter pour Macron tout en s’y opposant 

La dernière fois que Le Pen et Macron se sont affrontés au second tour des élections présidentielles françaises, les membres du Collectif de Coordination de DiEM25 avaient prudemment mais résolument exhorté les progressistes français.es à voter pour Macron afin d’empêcher Le Pen d’accéder au pouvoir, avant de faire campagne contre lui dès le lendemain des élections.

Et c’est maintenant la même position dans laquelle les membres de DiEM25 se trouvent, préférant soutenir Macron contre Le Pen, mais continuant à s’opposer à lui et à ses politiques.

Une même position qu’en 2017

C’est une position similaire que nous avons tenue lors des élections de 2017, en insistant sur le fait que « soutenir » Macron ne signifie pas que nous sommes d’accord avec ses politiques.

En effet, cinq ans auparavant, le cofondateur de DiEM25, Yanis Varoufakis, affirmait dans une colonne pour Le Monde que la défaite de Le Pen était la principale priorité tout en restant vigilant face au véritable agenda politique de Macron.

« Je me mobiliserai pleinement pour vous aider à battre Le Pen, pour autant j’appliquerai la  même force à rejoindre la prochaine Nuit Debout pour m’opposer à votre gouvernement quand, et si, vous, en tant que président, vous entêtez à poursuivre un néolibéralisme sans issue et déjà en échec. »

L’état actuel des affaires en France est tout sauf encourageant, mais écarter une candidate qui est directement opposée à ce que nous défendons en faveur du moindre mal est quelque chose sur lequel nous pouvons être d’accord, pour le moment.

Briser le moule

Il est clair que l’Europe et le monde sont continuellement confrontés à de tels dilemmes. Pire encore, durant son premier mandat, Macron et son gouvernement ont poursuivi des politiques migratoires et de répression de manifestations similaires à celles défendues par Le Pen. Ainsi, nous ne sommes que trop conscients que celleux qui prétendent protéger la société de l’autoritarisme deviennent de plus en plus semblables à celleux auxquelles ielles prétendent s’opposer. Jamais auparavant DiEM25 n’a été aussi nécessaire, et nous exhortons les progressistes en France à nous rejoindre pour construire un mouvement de gauche qui soit aussi transnational que l’Establishment néolibéral de Macron et la xénophobie populiste de Le Pen. Ce n’est qu’alors qu’ielles pourront être vaincu.e.s.

Voulez-vous être informés des actions de DiEM25 ? Enregistrez-vous ici!