Les émotions sont au cœur de la politique — la gauche doit s’en rappeler

L’historien indien Vijay Prashad souligne la difficulté essentielle des peuples des pays impérialistes à saisir l’expérience de ceux qui subissent les diverses conséquences de l’impérialisme. Je veux compléter cette difficulté en liant le changement politique aux émotions et au football.

Je pourrais puiser dans l’émotion du football pour montrer à quel point la politique peut être contagieuse pour les masses. Mais ce n’est pas la leçon que je veux en tirer.

Au cours des 15 dernières années, je me suis engagé dans des discussions sur le changement social. Le besoin de changement est facilement reconnu par beaucoup de ceux qui ne sont pas en position de privilège. Cependant, ce n’est pas aussi courant chez les personnes privilégiées. Pour les quelques privilégiés d’Amérique latine, et les plus « progressistes » des États-Unis-Europe, il existe une difficulté intrinsèque à appréhender la politique et à pousser à la transformation sociale.

Parfois, la réalité semble tellement oubliée qu’elle se réduit à la perception des individus. D’une part, ces individus reconnaissent que le « monde » a besoin de changement, mais d’autre part prétendent que rien ne peut être fait car il n’y a pas de réelle alternative. Le cercle vicieux est bouclé.

Cette vision étroite du monde vient de l’idée que l’individu façonne le monde par lui-même. L’idéologie occidentale est allée à plein régime vers l’irrationalisme.

Deux aspects importants de la réalité cessent d’exister. Premièrement, la relation dialectique entre qualité et quantité. Quelque chose de si crucial et fondamental que l’on peut trouver non seulement dans les arrangements politiques mais aussi dans la nature microscopique. Pensez par exemple à la molécule d’eau (H2O). Séparés, l’hydrogène et l’oxygène sont hautement inflammables, mais ensemble elles  représentent l’un des éléments les plus importants de la nature inorganique concernant l’existence de la nature organique.

Deuxièmement, la différence entre les actions coordonnées, collectives et individuelles. La complexité de la première nécessite plus qu’une simple agglomération de personnes pour déterminer la stratégie, les tactiques et les objectifs. Et c’est ici que le football entre en jeu. Le changement social et la politique sont similaires au football, dans la mesure où la division du travail est cruciale pour toute réalisation. Dans le football, un joueur peut être l’avantage d’une équipe, mais seul il ne fait rien.

Dans le football, onze jouent contre onze. Mais dès que ces nombres deviennent inégaux, le jeu change complètement (onze contre dix, ou onze contre neuf, etc.). Le changement social nécessite un effort coordonné, coopératif et collectif afin d’atteindre les objectifs, ou du moins de s’en rapprocher.

L’action sociale nécessite de définir des stratégies à long terme et des tactiques adaptées pour traverser le labyrinthe de la réalité et de ses contextes concrets en constante évolution. Les actes sociaux aléatoires ne constituent pas la transformation du corps social. Au lieu de cela, ils représentent son contraire : une soumission à des relations purement fortuites.

Cette notion banale, simple, a été bannie de l’idéologie occidentale, le monde apparaissant comme la représentation de la volonté de l’individu. Comme si le meilleur footballeur du monde pouvait à lui seul, en toute indépendance, par la force de sa volonté, surpasser l’équipe adverse.

Une action politique complexe requiert une division du travail. Une telle illusion sur la réalité augmente simultanément avec l’augmentation du nihilisme social, qui pousse l’anéantissement social comme la seule alternative rationnelle pour nous tous.

Cependant, le savoir ne suffit pas. La politique n’est pas seulement une question d’information. Il ne s’agit pas seulement de ce qui est connu, mais aussi de ce qui est compris, de ce que l’on ressent. L’information seule ne fait pas bouger les gens. On a besoin d’être touché dans son âme intérieure pour être ému, pour s’émouvoir.

L’action politique doit non seulement atteindre les esprits, mais aussi les cœurs et les âmes des gens. L’émotion est l’essence de tout lien politique. Elle représente à la fois la faiblesse et la force d’un peuple. La connexion émotionnelle peut être l’impulsion qui relie l’esprit au corps – et au corps social – mais elle peut aussi simplement devenir une force destructrice. Cependant, l’émotion ne doit pas être déifiée, ni éludée comme la quintessence de la politique. C’est une condition nécessaire, mais pas suffisante.

Depuis 2008, les élites capitalistes se regroupent et se recadrent à travers le discours des émotions, les détachant de tout contenu réel de savoir. Au lieu d’assumer la responsabilité des politiques néolibérales et de l’effondrement financier dont ils ont profité, ils ont blâmé les immigrés, les autres pays et « l’autre ».

Ces élites post-modernes ressemblent aux élites du début du 20e siècle, avec leur focalisation continue sur la mythologie. Ils signalent l’existence de problèmes réels, reconnaissant la douleur des personnes, tout en évitant en même temps d’en caractériser la cause et, par conséquent, toute solution.

D’autre part, plus de 70 ans de destruction de la gauche anticapitaliste dans les sociétés occidentales a créé un immense fossé entre le discours de gauche et les conflits existentiels endurés par les masses. La gauche intellectuelle occidentale a capitulé son rôle social et s’est repliée sur le domaine du savoir – artistique et académique – tout en laissant la voie ouverte, d’abord, au discours néolibéral, puis à l’extrême droite, pour façonner la compréhension des gens de la réalité.

Alors que la gauche intellectuelle tentait de se purifier de la « saleté » de la politique, elle s’est placée sur un piédestal inaccessible, a abandonné les masses à leur propre sort, a renoncé à tout lien affectif réel, l’appelant, péjorativement : populisme.

Cependant, le populisme est la base de la politique démocratique occidentale. Le dénigrement révèle à quel point la gauche s’est éloignée de la réalité. Le rôle de la gauche devrait être de créer une conscience politique de masse, de se mêler des affaires du pouvoir et de fournir non seulement la connaissance, mais aussi la compréhension de la réalité.

La gauche continue de négliger le lien émotionnel entre la praxis politique pour le changement et la réalité des masses. Pendant ce temps, les élites se réorganisent, créent un lien affectif avec les masses à travers son appareil de contrôle social: Etat, éducation, justice, médias, militaires, production, distribution, etc.

Photo Tania Malréchauffé sur Unsplash

Voulez-vous être informés des actions de DiEM25 ? Enregistrez-vous ici!