L’Europe doit faire progresser les droits sexuels en 2021

Le 14 février est commémorée comme la Journée européenne de la santé sexuelle. Cette journée s’inscrit dans le cadre des objectifs de développement durable des Nations Unies et est définie par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) comme « droit à la santé sexuelle et reproductive comme “un état de bien-être physique, émotionnel, mental et social en rapport avec la sexualité ; il ne s’agit pas seulement de l’absence de maladie, de dysfonctionnement ou d’infirmité”. »

Pour comprendre la signification de cette journée, il est important de connaître les débats qui entourent des sujets tels que la sexualité et les droits sexuels et reproductifs. Plusieurs définitions des concepts clés sont disponibles sur le site de l’OMS ici. Le plus important est que la santé sexuelle et reproductive est interconnectée et doit être mise en lien avec plusieurs droits de l’homme, dont trois des quatre droits fondamentaux, qui sont considérés comme inaltérables en toutes circonstances. Il s’agit notamment du droit à la vie, du droit de ne pas être soumis à la torture et à d’autres peines ou traitements inhumains ou dégradants, et du droit de ne pas être réduit en esclavage ou en servitude.

Sexualité et santé sexuelle

Afin de faire progresser et aboutir efficacement les droits sexuels, des questions connexes telles que la violence sexuelle, le concept de consentement (voir ici les lois sur le consentement en Europe), le viol (et les diverses législations en Europe), le transfert de fonds de la santé sexuelle vers ceux destinés à la COVID-19 et les divers impacts de la pandémie sur la santé sexuelle et reproductive (SSR), l’avortement (discussions ici aussi), les droits des transsexuels sur la santé sexuelle et l’identité de soi, et bien d’autres encore, doivent être mises sur la table et incluses dans toutes les délibérations.

La sexualité et la santé sexuelle sont souvent considérées uniquement sous l’angle de la biologie et de la médecine, tout en occultant les déterminants sociaux et structurels de la santé, tels que le sexe (y compris l’identité et l’orientation sexuelles), l’âge, les capacités, le statut socio-économique, la résidence en milieu rural ou urbain, l’alphabétisation, la religion et les croyances et d’autres questions qui y sont liées.

C’est pourquoi des sujets cruciaux sont souvent négligés, comme l’autonomie physique et psychologique des femmes, ou le droit à l’autodétermination en matière de genre (voir les nouvelles propositions de l’Espagne pour une législation sur les transgenres et le document de travail de l’UE). S’attaquer à ces sujets revient à défendre le droit à une vie sans violence pour toutes les femmes et les filles du monde entier, une réalité qui semble chaque année plus lointaine que jamais.  Selon ONU Femmes, l’année dernière, 243 millions de femmes et de jeunes filles (âgées de 15 à 49 ans) ont subi une forme de violence physique ou sexuelle de la part d’un partenaire intime, une statistique qui ne tient pas compte de l’incidence plus large de la violence basée sur le genre ni du grand nombre de cas non signalés. Les femmes sont stigmatisées et découragées à signaler les violences sexuelles (manque de données sur le genre, en particulier lorsqu’il s’agit de violence sexuelle et sexiste).

La déclaration de la Fédération Internationale pour la Planification Familiale sur les droits sexuels (2008) est claire. Les femmes souffrant de troubles de l’apprentissage ont les mêmes droits fondamentaux que toutes les autres femmes. Ces droits comprennent le droit de ne pas faire l’objet d’interférences arbitraires dans la vie privée, ce qui est essentiel à l’exercice de l’autonomie sexuelle ; la possibilité de contrôler et de décider librement des questions liées à la sexualité ; de choisir leurs partenaires sexuels ; d’avoir accès à des informations sur la sexualité dans un langage compréhensible ; de choisir de se marier ou non, de fonder et de planifier une famille.

Malheureusement, dans de nombreux domaines, tant sur le plan du droit que de la coutume, ces droits sont régulièrement violés. Les femmes et les hommes souffrant de troubles de l’apprentissage peuvent se voir refuser des informations et être vivement découragés d’avoir des relations intimes et sexuelles. De nombreuses femmes sont stérilisées ou reçoivent des contraceptifs à action prolongée sans tenir compte de leurs souhaits ou de leur consentement éclairé. Non seulement cela constitue une violation de leurs droits fondamentaux, en leur refusant la possibilité d’acquérir à la fois les faits et les compétences nécessaires pour appréhender les relations sexuelles, mais cela les rend également plus vulnérables aux abus sexuels. Nous devons faire valoir leurs droits et les aider à contester la discrimination juridique, à accéder à une éducation appropriée et à des services de contraception et de fertilité centrés sur la personne.

Les effets de la pandémie et la détérioration des droits en Europe

La COVID-19 a aggravé la violence basée sur le genre. En France, par exemple, on a constaté une augmentation de 30 % des appels et/ou des rapports de violence domestique depuis le début de la pandémie. La pandémie a également aggravé d’autres problèmes liés à la santé sexuelle. Le financement de la lutte contre le VIH a diminué en raison de la réorientation des financements et des dons vers la recherche et les installations liées à la COVID-19, ce qui a creusé un gouffre dans le financement de la lutte contre le VIH/sida, en particulier pour les pays à faibles et moyens revenus. Les interruptions de traitement du VIH peuvent provoquer davantage de décès, ce qui met également en évidence la faiblesse des soins de santé sexuelle. Comme le dit Winnie Byanyima, directeur exécutif de l’ONUSIDA :

« Il y a un risque que les gains durement gagnés de la lutte contre le sida soient sacrifiés au profit de la lutte contre la COVID-19, mais le droit à la santé signifie qu’aucune maladie ne doit être combattue aux dépens d’une autre ». 

La consécration des droits à la santé sexuelle dans les lois nationales et internationales permet aux femmes de prendre des décisions éclairées sur leurs choix en matière de reproduction en toute autonomie : la prise de décision est un outil d’autonomisation en soi. L’interdiction quasi-totale de l’avortement en Pologne est un exemple de l’inhumanité et de la désintégration des droits humains en matière de santé sexuelle qui peuvent servir de prétexte à la propagation de pratiques féodales et conservatrices en Europe, depuis le contrôle du corps des femmes jusqu’à la communauté LGBTQIA+ en passant par la société dans son ensemble. Il n’y a pas une seule personne qui ne soit pas affectée par la santé sexuelle et reproductive.

D’autre part, nous saluons les initiatives telles que celle promue en Écosse, le premier pays où les produits d’hygiène des menstruations sont gratuits, connue sous le nom de The Period Products (Free Provision), et nous encourageons les États européens à suivre l’exemple et à commencer à fournir de tels articles, par exemple, dans les établissements d’enseignement.

L’éducation et les droits en matière de procréation sont une nécessité

L’éducation et les droits en matière de procréation permettent également aux enfants et aux jeunes de s’informer sur le consentement, leur corps, les relations sûres et saines et, en même temps, de reconnaître plus tôt les abus et le harcèlement. En considérant la santé sexuelle sous cet angle, on s’attaque aux cycles de la pauvreté et de la violence dont les jeunes sont victimes en raison du manque d’éducation et de soutien en matière de santé sexuelle.

C’est aussi particulièrement et tragiquement vrai lorsqu’on aborde la santé sexuelle des sections stigmatisées et pathologisées de la société. La stigmatisation historique de la communauté homosexuelle, en particulier de la communauté transsexuelle, a rendu clandestine la gestion des questions de santé sexuelle, avec tous les dangers que cela implique. L’égalité d’accès aux soins de santé pour les personnes transgenres est un droit humain fondamental qui garantit la capacité des personnes transgenres à participer efficacement et à s’intégrer pleinement dans la société. L’absence de recommandations ou de meilleures pratiques pour les professionnels de la santé dans l’UE en général rend l’accès aux services de santé et de santé sexuelle non seulement difficile mais aussi stigmatisant, ce qui dissuade les personnes transgenres en général d’accéder aux soins de santé généralisés et en particulier aux soins de santé transspécifiques.

L’accès aux soins de santé sexuelle nécessaires et vitaux dépend non seulement de l’existence de services gratuits et accessibles, mais est également directement lié au niveau de discrimination et de stigmatisation dont souffrent les personnes transgenres dans la société en général. L’exclusion sociale a de profondes répercussions sur la santé mentale, émotionnelle et physique, affectant la possibilité d’accès aux services de santé et en particulier aux services de santé sexuelle et aux soins de santé transspécifiques.

Les développements récents concernant les soins de santé pour les transgenres en Europe ont été plutôt décourageants, surtout si l’on considère les développements en Hongrie où les droits des transgenres sont activement sapés dans le cadre d’une politique réactionnaire plus large. Malgré cela, la pathologisation continue des personnes trans, qui reflète la même voie que celle suivie pour l’homosexualité, par exemple, signifie qu’il reste beaucoup à faire car la voie vers l’égalité d’accès aux soins de santé sexuelle passe par la fin de toutes les formes de discrimination.

Il est nécessaire d’adopter une approche holistique intersectionnelle des droits sexuels afin de parvenir à une solution juste et équitable pour tous

À la lumière de tous les sujets mentionnés, nous appelons les États et les responsables à faire respecter tous les droits humains, y compris les droits à la santé sexuelle et reproductive (DSSR) ; et les organisations de la société civile, en particulier les mouvements féministes, LGTBIQ+, les mouvements de jeunesse, ainsi que nos sociétés, à continuer à les défendre.

DiEM25 dispose d’un groupe de travail sur le féminisme, la diversité et les handicaps, et travaille en parallèle avec le DSC la thématique du genre (féminisme intersectionnel). Une campagne contre la violence domestique sera planifiée, ainsi que des discussions et des événements continus et organisés sur les questions intersectionnelles concernant le genre, la race, la classe sociale, les capacités, la neurodivergence, et le climat et l’environnement.

Photo Source : AJ+ sur Twitter.

Voulez-vous être informés des actions de DiEM25 ? Enregistrez-vous ici!