L’échec à traiter avec Dominic Cummings est un échec de la démocratie britannique

La semaine dernière, Dominic Cummings, le plus haut conseiller de Boris Johnson, a été critiqué par l’ensemble du spectre politique et du pays pour avoir enfreint le confinement au début du mois d’avril.

Dans une déclaration faite lundi, Cummings a admis qu’il était retourné au travail au 10 Downing Street après que sa femme ait présenté des symptômes du COVID-19. Après que le Premier ministre ait été testé positif au virus, Cummings a conduit jusqu’à la maison de ses parents à Durham à 260 miles de Londres, où il ne s’est pas isolé comme il le conseillait lui-même, partant plutôt en excursion avec sa famille à 40 minutes de là, à Barnard Castle. La raison d’une telle excursion dans ces circonstances, a déclaré Cummings lundi, était de tester sa vue avant le long trajet de retour à Londres.

À ce moment-là, le confinement en Grande-Bretagne était à son apogée et le peuple britannique, sur ordre du gouvernement, avait sacrifié son mode de vie pour le bien commun, pour “protéger le NHS” et “sauver des vies”. Pendant ce temps, des mères se battaient pour nourrir leurs enfants, des patients mourants n’avaient pas le droit de voir leurs proches et les paroles sans cesse répétées de Boris Johnson qu’on entendait à la télévision, à la radio et dans les médias sociaux étaient: “Restez chez vous.” La vague de colère qui s’abat aujourd’hui sur M. Cummings n’est pas une forme d’opportunisme politique ; elle provient d’un sentiment de trahison, le sentiment que l’homme non élu le plus puissant de Grande-Bretagne a pris les citoyens pour des imbéciles.

Les actes d’hypocrisie et d’arrogance de Cummings justifient une démission.

Le comportement de Cummings est indéniablement inapproprié – enfreindre le confinement contre ses propres règles explicites à un moment critique de la pandémie – et il serait raisonnable de penser qu’il doit maintenant en tirer toutes les conséquences. Catherine Calderwood, ancienne Médecin en Chef d’Écosse, a été contrainte de démissionner en avril pour s’être rendue dans sa résidence secondaire, tout comme le professeur Neil Ferguson, un scientifique de premier plan au sein du gouvernement britannique, lorsqu’il a autorisé sa maîtresse à venir chez lui.

On peut dire que les actions de Cummings ont été plus extrêmes et ont mis plus de personnes en danger. Une démission est donc le moins que le public puisse attendre d’un gouvernement qui a été honnête et juste. Mais l’establishment britannique, semble-t-il, ne peut pas se permettre de laisser partir le conseiller spécial de Boris Johnson; dans la foulée immédiate de l’exposé, les ministres ont sauté sur l’occasion de gagner les bonnes grâces de Cummings, avec des tweets et des déclarations de soutien.

L’establishment resserre les rangs.

Après la controverse sur les premières actions de Cummings, le public a été encore plus choqué et dégoûté par le soutien unanime des ministres du cabinet. Des ministres de haut rang comme Rishi Sunak, Matt Hancock et Boris Johnson ont tweeté pour exprimer qu’à leur avis, Cummings avait agi “raisonnablement” et comme tout bon père de famille l’aurait fait, ce qui est une insulte aux nombreuses familles qui ont suivi les directives de confinement et en ont souffert.

L’opposition au sein du parti a été faible, mais le député William Wragg a déclaré que la défense de Cummings était “humiliante” et “dégradante”, et que le coût du soutien au conseiller du gouvernement dans cette controverse serait la perte d’un “bien public et politique précieux”. Un ministre subalterne, Douglas Ross, a démissionné au motif que Cummings était “bien intentionné” mais avait tort, et le chef du Parti Conservateur Ecossais s’est joint à 24 députés conservateurs pour demander à Cummings de reconsidérer sa position. Néanmoins, tous les ministres de haut rang se sont alignés sur la déclaration du conseiller spécial, y compris Michael Gove, qui a déclaré sur la chaîne LBC que, comme Cummings, il avait testé sa vue en conduisant. Pour une grande partie du public, cette affirmation est étonnante et ridicule, ce qui montre toute l’importance de Cummings au gouvernement.

Cummings n’est pas le chef du parti conservateur ni du pays – il ne s’agit pas de se rallier derrière l’homme qui mène le pays en temps de crise – et pourtant l’étonnante loyauté dont font preuve les ministres à son égard, mettant en jeu leur intégrité, leur honnêteté et leur crédibilité, démontre en partie l’étendue de son pouvoir au sein du gouvernement. Jusqu’où le cabinet irait-il pour soutenir un collègue ministre dans une telle mésaventure, ou un humble député? Seraient-ils radiés comme Catherine Calderwood ou le professeur Ferguson?

Dans un parallèle troublant avec Malcolm Tucker dans la série comique britannique The Thick Of It, ou avec Sir Humphrey dans la sitcom britannique Yes Minister, Cummings s’est frayé un chemin jusqu’au centre même du gouvernement britannique, contournant entièrement le processus démocratique, tirant les ficelles du changement le plus radical de l’histoire politique britannique récente – le Brexit – et nous laissant, nous le public, nous demander si la satire imite la vie ou l’inverse.

L’homme du peuple.

Le sentiment qui se cache derrière la fureur du public est qu’un homme au gouvernement pense que les règles s’appliquent à tout le monde sauf à lui-même – mais Dominic Cummings n’est même pas un député élu ni un fonctionnaire. Il n’a jamais prétendu représenter les intérêts du peuple.

C’est un conseiller, un spécialiste en communication, le cerveau des mouvements politiques de Johnson et de son cabinet, et il pense que les règles ne s’appliquent pas à lui-même parce que, comme nous l’avons vu ces derniers jours, elles ne le font effectivement pas. L’establishment britannique s’est mis en quatre pour sauver la tête de cet homme et, après qu’il se soit empêtré en fournissant de mauvaises excuses, qu’il ait menti et admis clairement sa culpabilité, les affaires continuent comme d’habitude au numéro 10 [Downing street].

Le populisme à l’époque du coronavirus.

Cela révèle un aspect préoccupant de l’actuel gouvernement britannique, entremêlé aux tendances populistes de Johnson, qui a également été mis en évidence lors de la campagne “Vote Leave” (menée par personne d’autre que Dominic Cummings). Johnson, Cummings et le gouvernement tentent de gagner le soutien du public pour des actions égoïstes qui vont à l’encontre de l’intérêt public – une vilaine veine de populisme, construite sur une base de tromperie et de corruption. Cela a marché pour le Brexit, cela a marché pour Trump, mais cela ne marche pas maintenant.

Au milieu d’une pandémie qui a déchiré le tissu de la vie ordinaire, alors que le gouvernement a pataugé et échoué à chaque occasion – en retardant le confinement malgré les avertissements, en ne protégeant pas les travailleurs du NHS, en diffusant des conseils vagues et inutiles, et maintenant ceci – dans le vrai style britannique, le public semble le plus gravement offensé par l’insolence de Dominic Cummings, son arrogance à supposer qu’il est au-dessus des règles, son audace à mentir et à agir de manière moralisatrice par la suite.

Les actions du gouvernement de Johnson pendant cette crise, ainsi que le cas de Cummings et le fait que tous les ministres importants aient pris sa défense de façon éhontée, ont érodé une grande partie de la confiance du peuple dans le Premier ministre et son gouvernement. Il a été révélé dans les circonstances les plus terribles que Boris Johnson et son cabinet représentent le peuple britannique autant que Trump ou Bolsonaro représentent l’Américain ou le Brésilien ordinaire, car ils ridiculisent la maladie et les précautions de sécurité, prétendent tout contrôler et esquivent leurs responsabilités comme s’il s’agissait d’un coronavirus.

Ces trois dirigeants ont bâti leur carrière sur des politiques toxiques – mensonges, peur et haine. Ils prétendent avoir rendu leur pays plus fort, et pourtant ils ont chacun mis leur nation dans l’embarras par leur conduite face à la pandémie, et en conséquence le Royaume-Uni, les États-Unis et le Brésil sont parmi les pays les plus touchés au monde.

Il est certain que ces chiffres ont suscité une énorme colère de la part du public, mais à quoi cela servira-t-il? Joe Biden va-t-il prendre le dessus sur Trump cette année? Y aura-t-il de nouvelles élections générales en Grande-Bretagne avant 2024? La saga de Dominic Cummings montre qu’en Grande-Bretagne, la volonté du peuple passe après celle des gens au pouvoir. Si des personnes comme Dominic Cummings ne sont pas tenues de rendre des comptes, le moteur de la droite populiste continuera de tourner et la démocratie en Grande-Bretagne sera rendue inutile.

Voulez-vous être informés des actions de DiEM25 ? Enregistrez-vous ici!

Faire un don pour la cause