Comment passer à des actions de terrain concrètes

Cette semaine, tout le monde parle du changement climatique et de l’échec de nos dirigeants à y faire face.

Mais au lieu de me concentrer sur ce que nos dirigeants devraient faire différemment, j’ai pensé qu’il serait intéressant de demander comment les militants du climat pourraient améliorer leur travail, toucher plus de gens et avoir plus d’impact.

Alors je me suis tourné vers Dusan Pajovic. Il est le coordinateur de la campagne de DiEM25 pour le Green New Deal pour l’Europe, psychologue social, et militant écologiste chevronné.

Il est aussi l’organisateur de COP OFF ! la conférence alternative sur le climat, qui s’est déroulée en ligne le week-end dernier. Il présente des conférenciers comme Noam Chomsky, Yanis Varoufakis, Caroline Lucas et bien d’autres progressistes.

Dusan est très ouvert sur ce que les militants du climat pourraient faire différemment. Nous avons parlé de tactiques, de messages et de la façon d’amener la classe ouvrière à l’activisme climatique – qui a jusqu’à présent été exclue.

J’ai beaucoup appris de cette discussion, et je pense que vous en apprendrez beaucoup aussi.


Manifestants pour le climat à Londres en août 2021 (Source: Getty Images)

Comment intégrer des militants de la classe ouvrière

DUSAN :  L’environnementalisme n’est pas assez intersectionnel. Cela fait partie de ce mouvement hipster millénaire New Age et cela ne résonne pas avec la classe ouvrière.

Et c’est dommage car c’est la classe ouvrière qui va le plus ressentir le changement climatique. Quand ça frappera vraiment, nous ne serons pas tous dans le même bateau.

Comme lorsque la pandémie a frappé. Les riches se sont rendus chez eux au milieu de nulle part et ont commandé un service de livraison. La classe ouvrière n’avait pas ce privilège.

Avec le changement climatique, la classe ouvrière sera plus touchée par les migrations de masse. Leurs maisons sont plus susceptibles d’être inondées.

Ainsi, la classe ouvrière devrait être à l’avant de la bataille et non à l’arrière.

MEHRAN : Pour ce qui est de recruter plus de membres de la classe ouvrière dans le mouvement pour le changement climatique, comment recruterais-tu quelqu’un qui ne sait pas d’où viendra son prochain salaire, dont les moyens de subsistance ont été détruits par la pandémie ? Comment leur dis-tu « devenez un activiste du changement climatique en plus de tout ce que vous avez à faire » ?

DUSAN : Les gens sont frustrés et en colère et nous devons canaliser leur colère vers les bonnes choses. Vers ceux qui sont responsables. Et nous avons des données qui montrent qui est responsable du changement climatique – et ce ne sont pas les immigrants, les femmes ou les personnes LGBT.

Nous devons plaider notre cause auprès du public et leur montrer que nous ne les laissons pas tomber en nous battant pour les problèmes écologiques, mais que nous relions ensemble les points du changement climatique et du changement économique.

Parce que seulement de cette façon, nous pouvons réellement faire quelque chose [à propos de ce problème].

MEHRAN : Donc, tu leur dirais que si leur travail et leurs moyens de subsistance sont menacés maintenant, les choses vont être bien pires à l’avenir. Et le pourquoi, c’est la question sur laquelle il faudrait travailler.

DUSAN : Oui. Mais nous ne travaillons pas sur un seul problème. Nous nous battons pour deux choses : la transformation du capitalisme en quelque chose de nouveau et la lutte contre le changement climatique.

Photo de Karsten Würth (@karsten.wuerth) / Unsplash

Sur la bonne stratégie

MEHRAN : Permets-moi de tout ramener au niveau de cet activiste hypothétique de la classe ouvrière, que tu as recruté. 

Donne à ce militant sa mission pour les deux prochains mois. Que peuvent-ils faire pendant cette période qui pourrait faire une différence?

DUSAN : Nous devons d’abord sensibiliser les consciences à toutes ces choses. Parce que nous avons besoin d’une masse critique.

Et puis nous devons présenter un programme avec des étapes concrètes, et pousser les gouvernements à le mettre en œuvre. Autant que nous le pouvons – avec des pétitions, avec la désobéissance civile, avec des assemblées populaires. Et s’ils ne le mettent pas en œuvre, alors nous devons les remplacer lors des élections.

Mon conseil à ce militant écologiste serait donc : préparez-vous pour des élections au Parlement européen en 2024, car ce sera le compte à rebours final pour le changement climatique.

Sur la désobéissance civile et l’action directe

MEHRAN : Parlons de ces actions. Fridays For Future [le mouvement pour le climat lancé par Greta Thunberg] a organisé avec succès des grèves dans les écoles. Y a-t-il d’autres tactiques qui ont fait leurs preuves pour faire avancer les choses sur la question climatique ?

DUSAN : Je suis un grand fan de la désobéissance civile. Mais bien sûr, elle doit être stratégique. Elle doit être planifiée en profondeur, avec une aide juridique.

Alors ne le faites pas vous-même. Trouvez des camarades, organisez-vous et protestez de la manière la plus créative possible.

Il existe de nombreux exemples [de tactiques efficaces et pacifiques]. Comme le livre Blueprint for Revolution. Comme [le travail de] Radomir Lazovic [fondateur du mouvement politique serbe Don’t Let Belgrade Drown], que tu as interviewé à propos d’actions [de protestation] créatives.

Ce sont tous des moyens efficaces de faire passer le message. Car il semble que peu de gens écoutent nos conférences et nos causeries.

MEHRAN : D’accord. Imaginons que je sois un décideur et qu’il soit en mon pouvoir d’appuyer sur le bouton 1, que tu veux que je pousse, ou sur le bouton 2. En quoi suis-je plus susceptible d’appuyer sur le bouton 1, juste parce que vous avez réussi à rassembler des personnes pour un action de désobéissance civile ?

Je comprends que de telles tactiques amèneront plus de gens au mouvement et sensibiliseront. Mais séparons l’idée d’augmenter le nombre de membres de ce qui va pousser ce décideur à appuyer sur le bon bouton. Qu’est-ce qui y parviendra ?

DUSAN : C’est pourquoi j’ai dit qu’il doit être coordonné et efficace. Les entreprises sont aujourd’hui fusionnées avec le gouvernement. Nous avons besoin de quelque chose qui ébranle les intérêts économiques des entreprises. Parce qu’ils écoutent quand ils perdent de l’argent.

Regardez la campagne Make Amazon Pay [coordonnée par l’organisation sœur de DiEM25 Progressive International].

Si nous rassemblons cinq millions de personnes pour ne rien acheter lors du Black Friday, cela les perturberait [Amazon]. Ils le sentiront. Si leurs travailleurs se mettent en grève le même jour, Amazon perdra encore plus d’affaires. Ils verront donc que [la situation actuelle] est insoutenable. Il [Jeff Bezos] ne peut pas continuer à remplacer ses ouvriers quand ils se mettent en grève, à chaque fois…

MEHRAN : Mais là, tu comptes toujours sur l’implication massive, ce sur quoi les progressistes comptent toujours. Et c’est difficile à réaliser.

Ne pouvons-nous pas être plus stratégiques pour faire en sorte que ce décideur appuie sur le bon bouton ? Avec un plus petit nombre de personnes, faire une action ciblée ? Au lieu de créer un cauchemar logistique…

DUSAN : Il y a des exemples de ça. Personnellement, je pense que nous avons beaucoup à apprendre de l’activisme animal. Comme la campagne SHAC [une internationale pour les droits des animaux visant à fermer Huntingdon Life Sciences, le plus grand laboratoire d’expérimentation animale sous contrat d’Europe, dans les années 2000]. Avec une poignée de personnes, ils ont créé des millions de pertes pour une entreprise.

Site web du SHAC en 2014

 

Et le Front de libération de la Terre, dans les années 80. Ils ont infligé des millions de dollars de dommages aux entreprises par le biais de différentes formes d’action directe.

Ces campagnes étaient pourtant très radicales. Et elles ont eu lieus il y a quelque temps déjà. De nos jours, nous avons tous été cooptés par les médias sociaux, pensant que nous sommes des activistes si nous tweetons quelque chose.

MEHRAN : Exact. Pour être clair, nous ne tolérons pas ces tactiques, nous examinons ce qui a réussi et ce qui n’a pas réussi.

DUSAN : Oui.

Sur les messages négatifs sur le changement climatique

Source: Cagle

 

MEHRAN : Passons à la vitesse  supérieure et parlons de communication.

Le message des groupes climatiques semble être en grande partie : « nous sommes tous foutus, et c’est notre dernière chance d’y remédier ». C’est très négatif.

OK, le changement climatique causé par l’homme est une réalité et il est urgent. Mais la façon dont nous racontons son histoire semble empêcher l’activisme sur cette question de se généraliser. Que dirais-tu à cela?

DUSAN : L’activisme pour le changement climatique est déjà courant. C’est l’un des mouvements sociaux dont la croissance est la plus rapide. Plus de 90 % des Européens conviennent que le changement climatique est réel et que davantage d’actions devraient être prises. Surtout parmi les jeunes, la génération Z.

Mais il est vrai qu’Extinction Rebellion [un important groupe d’activisme climatique] n’est pas très bien accepté en Grande-Bretagne [où le groupe a été fondé et est le plus actif], selon un récent sondage.

Donc, leur message plus radical, pour une raison quelconque, ne résonne pas tellement auprès des gens. Ou du moins leurs actions.

Sur l’adaptation du message aux entreprises cibles

Photo de veeterzy / Unsplash

 

MEHRAN: Tu as nommé des sociétés comme les méchants dans cette histoire. Alors pourquoi ne voyons-nous pas davantage de messages de la part des militants du climat envers les entreprises expliquant comment le changement climatique va avoir un impact sur leurs résultats, le cours de leurs actions, leurs intérêts ? [L’ONU propose cette approche dans ce guide de communication sur l’activisme climatique.]

DUSAN : Je pense que [pour les entreprises] c’est une question de profit maintenant et pas à long terme.

Une économie circulaire [un modèle économique conçu pour minimiser l’apport de ressources, les déchets et les émissions] leur génèrerait plus de profit, mais ils s’en moquent.

Sur la coupure à travers le bruit

MEHRAN : Tu connaisl’environnement d’information dans lequel nous vivons en ce moment. Tu es conscient de l’effondrement du modèle économique des médias et de la montée des médias sociaux et de la polarisation des opinions.

Et ça craint ; c’est mauvais pour notre discours. Mais c’est là où nous en sommes aujourd’hui.

Maintenant, une grande partie de la stratégie actuelle pour l’activisme climatique semble être basée sur la persuasion des gens, leur donnant les faits. Alors que nous naviguons dans cette ère de « post-vérité », ne devient-il pas de plus en plus difficile de le faire, et ainsi d’enrôler plus d’activistes à la cause, de faire changer les décisions à un niveau élevé ? Cela ne va-t-il pas rendre les progrès difficiles ?

DUSAN : Je t’entends. C’est pourquoi je pense que nous avons besoin d’une approche différente. Nous devons être plus personnels concernant les histoires des gens et donner des exemples concrets, pas seulement des faits. Nous devons écouter leurs problèmes, puis expliquer comment le changement climatique affectera leur propre vie et pourquoi ils doivent s’unir pour y faire face.

Les histoires personnelles ne sont pas faciles à trouver pour les militants, mais nous devons y travailler. Nous devons être bienveillants, à l’écoute et empathiques. Et commencer à intégrer les commentaires des gens.

Regarde la montée de la droite. Comment ça se passe ? Parce qu’ils disent « oui, on entend que tu as peur ». Ils canalisent à tort la colère des gens, comme envers les immigrés.

Mais en premier lieu, c’est parce qu’ils écoutent les gens. Nous devons commencer à faire de même.

Une manifestante à la COP26 de November 2021 (Source: Sky)


COP OFF, la conférence alternative sur le climat de DiEM25, se déroulait du 14 au 16 novembre. Lire la suite ici.

Voulez-vous être informés des actions de DiEM25 ? Enregistrez-vous ici!

Nous opposons au commerce avec les colonies – signez la pétition maintenant

Nous exhortons notre public et nos membres à signer l’initiative citoyenne européenne pour envoyer un message contre le commerce avec les colonies

En savoir plus

Yanis Varoufakis, Jeremy Corbyn et Ece Temelkuran présentent la Déclaration d’Athènes

La guerre en Ukraine appelle au soutien des victimes de la guerre et à un nouveau mouvement des non-alignés

En savoir plus

DiEM25 apporte un soutien critique à Macron face à Le Pen au second tour des élections françaises

Un vote de tou.te.s les membres quant à la confrontation entre Macron et Le Pen voit DiEM25 opter pour tout faire pour empêcher l'extrême droite ...

En savoir plus
Credit: Getty Images

Position du Collectif de Coordination de DiEM25 à propos du premier tour des élections présidentielles en France

Les électeur.ice.s français.es se rendront aux urnes ce dimanche pour le premier tour des élections présidentielles du pays, avec pas moins de ...

En savoir plus