Varoufakis : Ce qu’il a dit de Merkel et comment Bild l’a déformé

Le 6 novembre, le tabloïd allemand Bild a publié une interview du cofondateur de DiEM25 Yanis Varoufakis, sur le thème de la crise de la dette grecque et de l’héritage d’Angela Merkel.

De façon typique, Bild a reproduit les mensonges et les calomnies habituels concernant le mandat de Varoufakis comme ministre des Finances en Grèce en 2015, et a eu quelques mots choisis pour le décrire personnellement.

Varoufakis – et nous tous à DiEM25 – les portons avec fierté, venant d’une publication notoirement mensongère, raciste, sexiste, sensationnaliste et, comme l’a récemment révélé le New York Times, gérée dans une culture marquée par le harcèlement sexuel.

Les réponses de Varoufakis ayant été lourdement modifiées, nous avons décidé de les publier dans leur intégralité ci-dessous.

 

BILD : Récupérerons-nous un jour notre argent ?

Yanis Varoufakis : Si vous êtes l’un des oligarques allemands ou grecs qui ont immensément profité du sauvetage de l’État grec, vous avez déjà reçu des retours gargantuesques – et vous en recevrez encore plus à l’avenir. Hélas, si vous êtes un travailleur ou une personne de la classe moyenne allemande ou grecque, vous allez payer, et payer et payer….

 

BILD : En 2015, vous nous avez dit qu’il était stupide de jeter tous ces milliards dans un trou noir. Pensez-vous la même chose aujourd’hui ?

Yanis Varoufakis : En 2015, le revenu national de la Grèce était de 175 milliards d’euros alors que la dette de l’État était de 309 milliards d’euros. Ce que je vous ai dit alors, c’est que le nouveau prêt de renflouement tomberait dans le trou noir de la faillite grandissante de la Grèce. À l’heure où nous parlons, le revenu national de la Grèce peine à atteindre 168 milliards d’euros (même après une bonne saison touristique) tandis que la dette de notre État approche les 400 milliards d’euros. Je crains d’avoir eu raison.

 

BILD : Vos derniers mots à Merkel et Schäuble. Madame Merkel, Monsieur Schäuble, pour paraphraser Tacite, vous avez réussi à transformer la Grèce en un Désert et ensuite vous avez appelé cela la Paix. En conclusion, qui avait raison ? Elle ou lui ?

Yanis Varoufakis : Merkel a gaspillé son énorme capital politique en maintenant le statu quo aussi longtemps qu’elle a été chancelière, laissant un gâchis à ses successeurs. Schäuble a suivi un bon instinct lorsqu’il a préconisé un changement radical (Grexit), mais il n’avait aucun plan ni pour le forcer ni pour ce qui suivrait. En bref, ils ont tous deux eu tort, chacun d’une manière différente.

Voulez-vous être informés des actions de DiEM25 ? Enregistrez-vous ici!