Les pouvoirs en place cherchent à maintenir les armes nucléaires: voici comment s’y opposer

Comme indiqué dans notre article sur le Traité sur l’interdiction des armes nucléaires (TPNW), il y a plusieurs raisons de célébrer sa récente mise en application le 22 janvier. Premièrement, il constitue une progression du droit international. Deuxièmement, c’est un symbole d’espoir pour les luttes pour le désarmement nucléaire dans le monde. Et troisièmement, il offre aux pays du tiers monde une occasion positive de s’opposer à la domination du Nord. Les effets réels du traité sur la réduction et l’élimination des armes nucléaires restent discutables et, dans les faits, seront probablement faibles, à moins que certaines conditions ne soient remplies.

Il est peut-être trop tôt pour donner une évaluation du succès du traité, car il en est encore à ses balbutiements – mais un fait flagrant pourrait néanmoins déjà permettre de prendre une position audacieuse sur la question. À savoir qu’aucun des 9 États dotés d’armes nucléaires, ni l’OTAN ne font partie de l’accord – ce qui compromet gravement ses objectifs déclarés dès le départ. Il est évident que tout traité visant à interdire les armes nucléaires doit inclure les pays qui détiennent des armes nucléaires et ceux qui les soutiennent. Sans eux, toute vision d’un monde sans arme nucléaire est vide.

Dans une déclaration publique publiée au sujet de la conférence des Nations Unies de 2017, celle qui a lancé le traité, l’OTAN a résumé assez bien la position du Nord sur l’ensemble de la question en déclarant simplement que « tant que les armes nucléaires existent, l’OTAN reste une alliance nucléaire ». En d’autres termes, dire que l’OTAN (et par conséquent les États dotés d’armes nucléaires en son sein) ne bougera pas d’un pouce de sa propre volonté pour surmonter la menace.

Les autres puissances nucléaires (en dehors de l’OTAN): la Russie, la Chine, le Pakistan, l’Inde, Israël et la Corée du Nord, suivront probablement. C’est-à-dire: resteront réticentes à prendre des engagements qui les obligeraient à réduire et à mettre fin à leurs arsenaux nucléaires, tant que cela leur donnerait un désavantage par rapport à leurs voisins.

D’où doit venir l’initiative de vaincre le danger des armes nucléaires, sinon de la principale alliance militaire du monde ou des États qui détiennent ces armes?

Elle ne viendra certainement pas des industries militaires qui profitent directement de la prolifération de la menace par la fabrication et la distribution de l’armement. Selon un rapport de l’organisation de paix néerlandaise PAX, les gouvernements du monde entier contractent actuellement 116 milliards de dollars américains avec des industries du secteur privé dans la fabrication, le développement et la maintenance des armes nucléaires.

Le secteur privé, à son tour, semble utiliser les armes nucléaires comme moyen de pression, par lequel les pays enclins à l’indépendance économique peuvent être contraints à se soumettre. L’État déguise les menaces de la même manière qu’un voleur utilise une arme à feu pour demander à un caissier de vider la caisse à sa place; sans réellement avoir à utiliser l’arme, mais simplement en profitant de sa présence menaçante (un point que Daniel Ellsberg a souligné à plusieurs reprises). Ainsi, en « projetant l’ombre du pouvoir à travers la table des négociations » (selon l’ancien secrétaire d’État américain George Schultz) – ou par dessus le comptoir, pourrions-nous dire pour filer notre métaphore – on amène le pays sous pression à ouvrir ses marchés et ses ressources à la pénétration des capitaux étrangers.

C’est une stratégie que nous pouvons trouver exprimée dans le US Strategic Command « Essentiels de la dissuasion de l’après-guerre froide » – une étude réalisée en 1995 par le ministère de la Défense sur « le rôle des armes nucléaires dans l’après-guerre froide ». Dans ce document, STRATCOM conseille aux planificateurs américains de ne pas adopter des « politiques déclaratives » telles que « pas de première utilisation » (d’armes nucléaires) – mais plutôt de maintenir son droit à une capacité de première frappe, même contre des États non dotés d’armes nucléaires. Il poursuit en soulignant que « les armes nucléaires jettent toujours une ombre sur toute crise ou conflit dans lequel les États-Unis sont engagés » et qu’il est donc prudent de les maintenir. Il ajoute en outre que:

« Cela fait mal de se présenter comme trop rationnel et impertinent. Le fait que certains éléments puissent paraître potentiellement “hors de contrôle” peut être bénéfique pour créer et renforcer les craintes et les doutes dans l’esprit des décideurs d’un adversaire. […] Que les États-Unis deviennent irrationnels et vindicatifs si leurs intérêts vitaux sont attaqués devrait faire partie de la personnalité nationale que nous projetons à tous les adversaires.»

Nous pouvons voir cette « personnalité nationale irrationnelle et vindicative […]», « créer et renforcer des peurs et des doutes dans l’esprit des décideurs d’un adversaire », entrer en jeu chaque fois qu’un président américain annonce à un État ennemi désigné que « toutes les options sont sur la table » – y compris les armes nucléaires. Ainsi, en « projetant une ombre » sur le conflit, et violant accessoirement également le droit international. À savoir la charte des Nations Unies, qui interdit non seulement l’usage mais aussi la menace de l’usage de la force, sauf autorisation expresse.

Compte tenu des intérêts qui motivent ces secteurs (étatiques et privés) à maintenir et à étendre la capacité nucléaire de leurs pays respectifs, nous pouvons écarter la possibilité qu’un mouvement vers son abolition vienne d’eux.

Si ce n’est pas l’État ou le secteur privé, c’est dans la société que se trouvera la faction qui sera ouverte à une initiative visant à mettre fin à la guerre 

Il y a un agent dans les affaires humaines qui s’est historiquement révélé être le principal moteur du changement social ( en tant que progrès moral en général): la population générale. Que ce soit les ouvriers de l’usine britannique du 19e siècle luttant pour la journée de travail de 8 heures et un salaire décent ou les travailleurs allemands faisant pression sur le chancelier du Reich Bismarck pour qu’il établisse le tout premier système national de sécurité sociale au monde en 1883 (adopté depuis par les pays industriels les plus avancés du monde). Ou le soi-disant Freedom Riders: groupes de militants des droits civiques blancs et noirs aux États-Unis, circulant en bus dans le sud au début des années 1960, utilisant des comptoirs à lunch et des toilettes « réservés aux blancs » dans les gares routières pour tenter de surmonter la ségrégation. Ou les luttes féministes, prenant leurs origines (du moins en Occident) au début du siècle dernier, se développant dans des mouvements sociaux à grande échelle dans les années 1970 et depuis façonnant la vie comme peut-être aucune autre force sociale. Ou,pour s’inspirer de l’histoire très récente,les nombreux jeunes, pour la plupart impliqués dans des mouvements écologiques à travers le monde aujourd’hui, tels que Fridays for Future ou Extinction Rébellion, appelant à l’attention et à l’action contre la menace de catastrophe écologique.

Tous ces exemples de mouvements sociaux nous montrent quels progrès ont été accomplis et indiquent ce qui pourrait se trouver dans le futur, si les personnes concernées s’unissent sur de telles questions et réclament les avancées qui jusqu’à présent leur ont été refusées.

Il en va de même pour le nucléaire. Ici, les gens du Nord et du Sud devraient conjuguer leurs efforts pour exercer collectivement une pression sur ceux qui mettent actuellement en danger la survie des espèces avec leur recherche du profit avant tout (même l’existence humaine); les entreprises, rappelons-le, en recherchant les profits et les états en les encourageant à y participer. Des profits, encore une fois, qui sont réalisés soit directement par la fabrication et l’entretien d’armes nucléaires, soit indirectement par la pénétration de capitaux étrangers sous la menace du canon nucléaire.

Ces vils motifs ne doivent pas être les seuls considérés, lorsque la question est posée: qu’en est-il des armes nucléaires? Ils doivent être contestés et contrés par les gens partout dans le monde avec un argument contre la cupidité institutionnalisée et pour la préservation de la vie humaine. Une organisation qui fait déjà cela est ICAN: la « Campagne internationale pour l’abolition des armes nucléaires ».

La réalisation du TPNW – malgré son impact réel – s’est faite grâce à la campagne inlassable de près de 600 organisations non gouvernementales dans 100 pays. Ces organisations se sont réunies dans le cadre de l’ICAN qui s’est inspirée de la Campagne internationale pour l’interdiction des mines terrestres (ICBL). Celle-ci a mené à l’entrée en vigueur de la Convention sur l’interdiction des mines antipersonnel.

L’ICAN, l’ICBL et d’autres organisations de la société civile actives dans l’élimination des armes reflètent deux tendances importantes et positives dans la lutte commune. Premièrement, ces coalitions représentent une coopération renouvelée à travers les divisions Nord-Sud, aggravant la pression sociale sur les acteurs engagés dans l’industrie des armes nucléaires. Deuxièmement, le vaste réseau international offre un espace supplémentaire pour le dialogue interpersonnel et le renforcement des réseaux de solidarité face aux menaces existentielles auxquelles l’humanité est confrontée. La poursuite de la campagne – associée aux nouvelles normes internationales fixées par le TPNW – élargira et approfondira le discours public et la sensibilisation sur cette question.

Pour réaliser les idéaux du TPNW, nous demandons aux États dotés d’armes nucléaires de signer le traité – un exploit qui, bien qu’insaisissable, ne peut être réalisé que par la pression d’un activisme de masse soutenu. 

Les militants doivent se concentrer sur ces arguments pour faire pression sur les États afin qu’ils participent formellement au Traité sur l’interdiction des armes nucléaires (TPNW).

L’Europe doit respecter ses propres engagements juridiques. Il s’agit, en l’espèce, du Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires (TNP). Ce qui, en vertu de l’article VI, stipule que ses membres doivent poursuivre des efforts de « bonne foi » pour réduire et abolir les armes nucléaires. Un pas important vers cet objectif serait franchi si les États européens qui détiennent des armes, signent le TPNW.

En outre, les États non dotés d’armes nucléaires à l’intérieur de leurs frontières (quatre en Europe) font face à deux menaces supplémentaires; celui de subir une attaque préventive et une détonation accidentelle. Bien que les probabilités de tels événements soient faibles, les impacts qui en résultent sont trop dévastateurs pour même être considérés comme des possibilités acceptables.

En outre, les États non dotés d’armes nucléaires ont une grande confiance dans la conviction qu’ils seront protégés en cas d’attaque nucléaire par la capacité nucléaire de leurs alliés – le soi-disant parapluie nucléaire. Cela est censé avoir un effet dissuasif contre une éventuelle première frappe. Cette dépendance à l’arsenal nucléaire des alliés pour la protection repose cependant sur une glace très mince, puisqu’elle est basée sur des « engagements politiques ou des déclarations officielles uniquement ». En d’autres termes, il n’existe aucune obligation explicite – émanant des textes des traités – qui exigera l’utilisation d’armes nucléaires en réponse à une attaque nucléaire. C’est le cas à la fois de l’OTAN et des accords de sécurité que l’Australie, le Japon et la Corée du Sud ont conclus avec les États-Unis. Dr Jeffrey Lewis, dans le cas du Japon et de la Corée du Sud, résume ce mirage en tant que tel:

« Le soi-disant “parapluie nucléaire” n’existe que parce que les États-Unis se sont engagés [italiques ajoutés] à défendre le Japon et la Corée du Sud et qu’ils possèdent des armes nucléaires. Le reste est laissé à l’imagination. »

Puisqu’il est « laissé à l’imagination », nous pourrions tout aussi bien dissoudre cet argument en faveur des armes nucléaires de nos alliés – et de notre prétendue protection sous ces armes.

Notre responsabilité collective sur la question de la menace nucléaire et de son impact sur l’avenir de l’humanité nécessite une action de notre part à tous. Pour reprendre le choix difficile qu’Albert Einstein et Bertrand Russell ont présenté au monde dans leur célèbre manifeste de 1955: « Devrions-nous mettre fin à la race humaine; ou l’humanité devrait-elle renoncer à la guerre ?

Cet article a été rédigé par Amir Kiyaei et Tom Stopford qui sont membres du DSC Peace and International Policy.

Source de la photo: Campagne internationale pour abolir la guerre nucléaire Flickr.

Voulez-vous être informés des actions de DiEM25 ? Enregistrez-vous ici!