Une utopie nécessaire : débat ouvert sur le rôle de DiEM25 en cas d'élections en Italie.

Depuis le lancement de DiEM25 en 2016, nous disons qu’un “establishment” en faillite morale et financière visant à sauvegarder un système injuste, n’atteindrait qu’un seul résultat : la croissance d’une vague nationaliste et xénophobe à travers le continent.
Les graves événements politiques qui se déroulent actuellement en Italie montrent, comme jamais auparavant, qu’il y a un besoin urgent d’une troisième option au-delà de la polarisation entre le populisme nationaliste et la domination incontestée de la finance.
Sur cette base, nous ouvrons maintenant un débat public avec tous nos membres sur les perspectives de DiEM25 en cas d’élections anticipées en Italie. Cette discussion mènera à un vote de tous les membres qui décidera de la position de l’ensemble du mouvement.
Le Collectif de coordination (CC) et le Collectif national italien (NC) se sont rencontrés et ont partagé trois options d’action en cas d’élections anticipées en Italie immédiatement après l’été :
A) Nous participons aux élections italiennes, mais seulement dans la circonscription européenne (en-dehors de l’Italie).
La loi électorale italienne prévoit le vote des Italiens à l’étranger dans un collège séparé, dans lequel il est possible de concourir sans nécessairement s’inscrire en Italie. Ce serait une occasion extraordinaire pour DiEM25 de mettre en place la première campagne politique transnationale de grande envergure. Nous impliquerions tous nos membres, quelle que soit leur nationalité, dans la collecte de signatures et pour convaincre les Italiens à l’étranger de nous soutenir. Enfin, ce serait un bon test général pour la campagne européenne de 2019.
B) Nous participons pleinement aux élections italiennes.
Depuis plusieurs mois, DiEM25 travaille à la construction d’une offre plus large en Italie, avec un œil sur les entités municipales. Ce déploiement n’est pas encore prêt. Cependant, nous pensons qu’il est possible d’exprimer des opinions sur la possibilité d’ouvrir des candidatures au niveau national s’il y avait les bonnes conditions, avec une décision finale à prendre une fois que le cadre de l’offre politique a été clarifié.
C) Nous ne participons pas aux élections italiennes.
Dans ce cas, nous évaluerions s’il y a lieu d’appuyer l’un des partis existants.
Le Collectif de coordination et le Collectif national italien ont évalué positivement les deux premières options, tout en notant la nécessité de disposer de plus d’informations pour l’option B. Au lieu de cela, l’option C a suscité davantage de scepticisme, car cela impliquerait une abdication de notre responsabilité en tant que force anti-establishment pro-européenne, à un moment aussi important pour l’Europe.
Pour prendre part au débat, suivez ce lien vers la discussion sur notre forum.

Voulez-vous être informés des actions de DiEM25 ? Enregistrez-vous ici!