Nous accueillons volontiers les zapatistes en Europe

Notre lettre

Cher(e)s ami(e)s et camarades, cher(e)s frères et soeurs, 

En ces temps de catastrophe planétaire, nous avons lu votre DÉCLARATION… POUR LA VIE avec beaucoup d’inspiration, d’inquiétude et de joie, déterminés à faire tout ce qui est nécessaire pour soutenir cet appel urgent. Car ce qui est en jeu, ce n’est pas seulement la vie humaine, mais également celle de toutes les autres espèces et de la biosphère elle-même.

Au cours des cinq dernières années, nous avons créé DiEM25 – Mouvement pour la démocratie en Europe – dans tous les coins de l’Europe et au-delà, comptant environ 130 000 membres tous unis dans la lutte contre l’Expansion, l’Extraction et l’Exploitation sans fin du capitalisme. Plus d’une décennie avant même la création de DiEM25, beaucoup de nos membres étaient déjà inspirés par le Mouvement Zapatiste et votre combat courageux qui a déjà traversé les océans et les générations.

Beaucoup d’entre nous, venant de tous les horizons, aussi difficile que cela puisse être surtout pour ceux qui sont quotidiennement colonisés par le temps capitaliste, ont suivi de près le sablier zapatiste. Nous avons vu le temps qui arrive où ceux qui ont été résolument, à contre-courant, vont s’unir. Non pas pour imposer ou réformer, mais pour construire un avenir commun au-delà du capitalisme qui considérerait l’air et l’eau, la nature et l’amour, comme des biens communs planétaires.

En ce moment crucial, où la géopolitique actuelle de la pandémie et du vaccin divise encore plus les sociétés et les communautés, nous devons réinventer l’espace et le temps de l’imagination, nous devons réinventer des modèles d’entraide et d’amitié basés sur les convictions et l’amour qui dépasseraient les frontières, qui dépasseraient même les générations et le temps, comme de minuscules sables qui pourraient devenir une montagne dans le sablier.

Nous sommes enthousiastes à l’idée de votre arrivée en Europe et nous voulons vous rejoindre, contribuer, vous soutenir et apprendre.

Faites-nous savoir comment nous pouvons vous aider, nous aimerions mobiliser l’ensemble de nos membres.

Au nom du Collectif de coordination de DiEM25,
Srećko Horvat
28 janvier 2021

 

La lettre des zapatistes : UNE DÉCLARATION… POUR LA VIE

AUX PEUPLES DU MONDE :

AUX PEUPLES QUI SE BATTENT EN EUROPE :

FRÈRES, SŒURS ET COMPAÑER@S :

Au cours de ces derniers mois, nous avons établi des contacts entre nous par différents moyens. Nous sommes des femmes, des lesbiennes, des gays, des bisexuels, des transgenres, des travestis, des transsexuels, des intersexués, des queers et autres, des hommes, des groupes, des collectifs, des associations, des organisations, des mouvements sociaux, des peuples indigènes, des associations de quartier, des communautés et un long etcétéra qui nous donne une identité.

Nous sommes différenciés et séparés par les terres, les cieux, les montagnes, les vallées, les steppes, les jungles, les déserts, les océans, les lacs, les rivières, les ruisseaux, les lagunes, les races, les cultures, les langues, les histoires, les âges, les géographies, les identités sexuelles et non sexuelles, les racines, les frontières, les formes d’organisation, les classes sociales, le pouvoir d’achat, le prestige social, la renommée, la popularité, les adeptes, les goûts, les pièces de monnaie, le niveau d’éducation, les manières d’être, les tâches, les vertus, les défauts, les pour, les contre, les mais, les cependant, les rivalités, les inimitiés, les conceptions, les arguments, les contre-arguments, les débats, les disputes, les plaintes, les accusations, les mépris, les phobies, les philia, les louanges, les répudiations, les huées, les applaudissements, les divinités, les démons, les dogmes, les hérésies, les goûts, les dégoûts, les manières, et un long etcétéra qui nous rend différents et, non rarement, opposés.

Seules quelques rares choses nous unissent :

Que nous fassions nôtres les douleurs de la terre : la violence contre les femmes ; la persécution et le mépris de ceux qui sont différents dans leur identité affective, émotionnelle et sexuelle ; l’anéantissement de l’enfance ; le génocide contre les peuples autochtones ; le racisme ; le militarisme ; l’exploitation ; la dépossession ; la destruction de la nature.

La compréhension qu’un système est responsable de ces douleurs. Le bourreau est un système exploiteur, patriarcal, pyramidal, raciste, voleur et criminel : le capitalisme.

La conscience qu’il n’est pas possible de réformer ce système, de l’éduquer, de l’atténuer, de l’adoucir, de le domestiquer, de l’humaniser.

L’engagement de lutter, partout et à tout moment – chacun sur son terrain – contre ce système jusqu’à sa destruction complète. La survie de l’humanité dépend de la destruction du capitalisme. Nous ne capitulons pas, nous ne nous vendons pas, et nous n’abandonnons pas.

La certitude que la lutte pour l’humanité est mondiale. Tout comme la destruction en cours ne reconnaît pas les frontières, les nationalités, les drapeaux, les langues, les cultures, les races, la lutte pour l’humanité est partout, tout le temps.

La conviction qu’il existe de nombreux mondes qui vivent et se battent à l’intérieur du monde. Et que toute prétention d’homogénéité et d’hégémonie menace l’essence même de l’être humain : la liberté. L’égalité de l’humanité réside dans le respect de la différence. C’est dans sa diversité que réside sa ressemblance.

La compréhension que ce qui nous permet d’avancer n’est pas l’intention d’imposer notre regard, nos pas, nos entreprises, nos chemins et nos destinations. Ce qui nous permet d’avancer, c’est l’écoute et l’observation de l’Autre qui, distinct et différent, a la même vocation de liberté et de justice.

En raison de ces points communs, et sans renoncer à nos convictions ni cesser d’être ce que nous sommes, nous nous sommes mis d’accord :

D’abord, de réaliser des rencontres, des dialogues, des échanges d’idées, d’expériences, des analyses et des évaluations entre ceux d’entre nous qui sont engagés, à partir de conceptions différentes et dans des domaines différents, dans la lutte pour la vie. Ensuite, chacun suivra son propre chemin, ou non. Regarder et écouter l’Autre peut ou non nous aider dans nos démarches. Mais savoir ce qui est différent fait aussi partie de notre lutte et de notre effort, de notre humanité.

Deuxièmement, que ces rencontres et activités aient lieu sur les cinq continents. Que, en ce qui concerne le continent européen, elles aient lieu aux mois de juillet, août, septembre et octobre de l’année 2021, avec la participation directe d’une délégation mexicaine intégrée par le CNI-CIG, le Frente de Pueblos en Defensa del Agua y de la Tierra de Morelos, Puebla y Tlaxcala, et l’EZLN. Et, à des dates ultérieures à préciser, nous soutiendrons selon nos possibilités les rencontres qui seront réalisées en Asie, en Afrique, en Océanie et en Amérique.

Troisièmement, nous invitons tous ceux qui partagent les mêmes préoccupations et les mêmes luttes, toutes les personnes honnêtes et tous les subalternes qui se rebellent et résistent dans les différents coins du monde, à se joindre, à contribuer, à soutenir et à participer à ces rencontres et activités, et à signer et faire de cette déclaration POUR LA VIE leur propre déclaration.

Depuis le pont de la dignité qui relie l’Europe d’en bas et de gauche aux montagnes du sud-est mexicain.

Nous.

Planète Terre.

1er janvier 2021

Vous pouvez trouver les signatures de cette déclaration ici.

Source de la photo : Dane Storm.

Voulez-vous être informés des actions de DiEM25 ? Enregistrez-vous ici!