Qu’attend Biden dans l’affaire Julian Assange

L’affaire américaine contre le fondateur de Wikileaks, Julian Assange, a pris un autre coup le week-end dernier après que l’un des principaux témoins a admis avoir fabriqué des preuves. 

Le hacker islandais Sigurdur Ingi Thordarson, également connu sous le nom de « Siggi the hacker », a récemment déclaré au média islandais Stundin que Assange ne lui avait pas demandé de pirater des agences gouvernementales ou des entreprises privées en Islande. 

L’aveu est important : l’affaire du gouvernement américain contre Assange – qui pourrait entraîner une condamnation à 175 années de prison pour le fondateur de Wikileaks – s’appuie sur le fait que Thordarson affirme qu’Assange l’a recruté pour pirater des entités islandaises publiques et privées et fournir à Wikileaks le matériel classifié.

Avec cette allégation démystifiée, l’administration Biden a encore moins de raisons de poursuivre l’affaire lancée par Trump contre Assange et une presse libre. 

Assange et Siggi se rencontrent en Islande

Assange est arrivé en Islande et y a travaillé avec des représentants du gouvernement en 2010 et 2011 dans l’espoir de créer un « refuge offshore » permettant aux lanceurs d’alerte de divulguer des informations sur la corruption au sein des gouvernements ainsi que des organisations privées.

Siggi Thordarson, un Islandais surnommé « le hacker » (une blague puisque, apparemment, il ne peut pas réellement pirater des ordinateurs), s’est porté volontaire pour travailler pour Assange et Wikileaks. Les choses ont mal tourné rapidement. 

Selon l’article de Stundin, Siggi admet avoir exagéré son influence dans l’organisation. Se présentant comme le « chef d’équipe » de Wikileaks, Thorardson a encouragé ses collègues pirates à commettre des attaques par déni de service (DDoS) contre des sites Web basés en Islande. 

Cela, a admis Thordarson, n’a pas été fait sur instruction d’Assange ou de quiconque au sein de Wikileaks. 

La prétendue demande d’Assange n’était pas non plus de pirater les téléphones et les e-mails des membres du parlement islandais pour enregistrer leurs conversations. Bien que Thordarson ait reçu des fichiers, il admet que ce n’était pas de son fait ou de quiconque dans l’organisation Wikileaks, y compris Assange. Au lieu de cela, il dit maintenant qu’ils lui ont été donnés par un “tiers”. Thordarson admet même qu’il n’est pas sûr de ce qui était contenu dans les dossiers. 

L’Islandais est également revenu sur son affirmation selon laquelle Assange et lui avaient tenté de pénétrer (sans succès) dans un fichier crypté d’une banque en Islande. Thordarson admet maintenant que le fichier était accessible au public et non volé à la banque. 

Une affaire fondée sur la tromperie 

Le ministère de la Justice de Trump, croyant aux affirmations de Thordarson selon lesquelles Assange lui demandait de pirater les documents classifiés de gouvernements et d’entreprises privées, a construit son dossier autour du témoignage de l’Islandais. 

Pourtant, le travail de Thordarson pour le gouvernement américain remonte à plus loin.

En 2011, Thordarson a été remarqué par le FBI après avoir planifié une attaque DDoS contre un site Web islandais avec Hector Xavier Monsegur, surnommé « Sabu », un hacker devenu informateur du FBI qui se faisait passer pour un membre du groupe de piratage LulzSec. 

Voyant que Thordarson était prétendument connecté à Wikileaks, le FBI a pris contact avec le pirate informatique pour fournir des preuves contre Julian Assange. 

Pendant ce temps, la relation entre Thordarson et Wikileaks n’aurait pas pu être pire. Thordarson avait détourné de l’argent de l’organisation, jusqu’à 50 000 $. Cette illégalité s’est également étendue à la vie personnelle du pirate informatique. Des accusations ont été engagées par diverses sociétés islandaises contre Thordarson pour vol, fraude et contrefaçon. 

Avance jusqu’en 2019

Thordarson a servi quelque temps, Donald Trump est dans sa troisième année mouvementée à la Maison Blanche et Julian Assange est à l’ambassade d’Équateur à Londres depuis plus de sept ans. 

Cherchant à poursuivre le fondateur de Wikileaks, les États-Unis – après, selon l’ONU, des années de « persécution collective » contre Assange – ont contacté Thordarson. Si Assange lui avait demandé de pirater des gouvernements et des entreprises privées en Islande, ce serait illégal.

Ce témoignage donnerait à l’administration Trump une solution à ce que l’on appelle le « problème du New York Times », une conclusion tirée par le ministère de la Justice d’Obama, lors de l’élaboration de leur propre dossier contre Assange, selon lequel poursuivre Wikileaks soulèverait les mêmes préoccupations que poursuivre des journaux comme le New York Times et le Washington Post pour avoir fait ce qu’ils font tous les jours : publier du matériel divulgué. 

Autrement dit, cela censurerait la capacité de la presse à rapporter quoi que ce soit sans crainte de poursuites légales.

Le témoignage de Thordarson a été intégré à l’acte d’accusation complémentaire de l’administration Trump publié deux mois après l’acte d’accusation initial, ironiquement divulgué par un fonctionnaire du gouvernement. 

La guerre Trump-Biden contre la presse libre

L’affaire contre Julian Assange a connu ce que beaucoup pensaient être un coup fatal le 4 janvier. La juge britannique Vanessa Barasiter a déclaré « non » à l’extradition vers les États-Unis. 

La décision, rendue non pas pour des raisons de liberté d’expression mais pour des raisons humanitaires, a noté qu’Assange ne bénéficierait probablement pas d’un « procès équitable » et plus que probablement se suiciderait s’il entrait dans le système pénitentiaire américain. 

Les États-Unis étaient désormais confrontés au choix d’abandonner l’affaire ou de faire appel. L’administration Biden, par l’intermédiaire du porte-parole du ministère de la Justice nommé par Trump, Marc Raimondi, a annoncé que la nouvelle administration ferait en effet appel de la décision de Barasiter et chercherait à assurer le juge que Assange serait en sécurité dans une cellule de prison américaine. 

Le témoignage de Thordarson étant maintenant rétracté, l’affaire américaine contre Assange repose désormais sur l’affirmation selon laquelle Assange a dit à Chelsea (alors Bradley) Manning de commettre une « intrusion » dans les ordinateurs du gouvernement pour montrer les crimes de guerre américains. Le dossier maintient également les accusations controversées de la loi sur l’espionnage (ou le problème du New York Times) qui désignent Assange comme un éditeur de documents militaires et diplomatiques classifiés. 

Tous silencieux dans la presse occidentale

Depuis que l’histoire de l’aveu de Thordarson a éclaté, les médias occidentaux n’ont prêté que peu d’attention. Dites au moins, par rapport à l’affaire Alexei Navalny ; ce qui, nous le savons tous, est également une imposture et répréhensible. 

J’ai récemment interrogé le journaliste qui a parlé avec Thordarson et a révélé l’histoire, Bjartman Alexandersson, dans une récente interview sur le black-out médiatique sur les révélations en dehors de l’Islande. Il a souligné que l’affaire est compliquée et que des sources plus importantes doivent vérifier les affirmations faites dans son histoire. Il a également noté que des sites comme The Guardian et d’autres médias rédigent des rapports. 

Pour moi, le silence est intentionnel après des années de diabolisation du fondateur de Wikileaks, malgré des publications comme le New York Times, Guardian, Der Spiegel et d’autres travaillant avec Wikileaks dans le passé pour dénoncer la corruption comme les crimes de guerre et la mauvaise gestion financière. 

Espérons que l’offensive de charme jouée par l’administration Biden sur la presse entraînera des changements de politique plutôt que de simples mots. Le récent pardon de Reality Winner donne de l’espoir. 

DiEM25 est solidaire d’Assange, de Wikileaks et du droit des lanceurs d’alerte et de la presse libre de dénoncer la corruption. Rejoignez-nous pour les événements à travers l’Europe le 3 juillet ainsi que pour une DiEM Voice TV événement exclusif le 5 juillet. #FreeAssange !

Voulez-vous être informés des actions de DiEM25 ? Enregistrez-vous ici!