Incendies de forêt : en regardant la Grèce, on décide de l’Europe

La Grèce est un pays qui a été à l’avant-garde de plusieurs des crises les plus critiques d’Europe : économique (2008-aujourd’hui), migratoire (2014-aujourd’hui) et environnementale.

C’est une étude de cas révélatrice, car l’approche de l’Union européenne à chacun de ces défis politiques l’a dévoilé davantage pour ce qu’elle est vraiment : un cartel économique autoritaire et cynique pour les riches et les puissants. La promesse d’une prospérité et d’une solidarité européennes communes reste à ce jour non tenue, et le restera jusqu’à la démocratisation de l’Union européenne.

Après les inondations catastrophiques à la frontière germano-belge, l’Europe est désormais confrontée à un autre effet catastrophique de l’effondrement climatique : des incendies de forêt ravagent l’Europe du Sud, frappant certains des pays les plus affaiblis par l’incapacité chronique (et la réticence) de l’Europe à s’attaquer radicalement aux problèmes qu’elle est appelée à affronter.

Ci-dessous, nous dénombrons cinq bévues majeures et gestes cyniques du Premier ministre grec, qui constituent la règle – plutôt que l’exception – dans la manière dont l’establishment européen gère toute crise :

1. Priorité à la propriété plutôt qu’à l’environnement

“Notre priorité est toujours la  protection de la vie humaine. Viennent ensuite la sauvegarde des biens, de l’environnement naturel et des infrastructures critiques. » [Kyriakos Mitsotakis]

Le chef du gouvernement de la Nouvelle Démocratie en Grèce, peut-être même sans s’en rendre compte, a avoué que pour lui et son gouvernement, “la propriété” est leur première priorité (qui, lorsqu’elle est de propriété publique, fait généralement l’objet d’enchères et de privatisation) et seulement après viennent l’environnement et les infrastructures publiques (« critiques »).

DiEM25 condamne sans réserve l’aveu cynique de Kyriakos Mitsotakis qui, à l’heure où la jeune génération est confrontée à la dystopie environnementale, ne comprend pas – même engagé dans la lutte contre un effet secondaire du changement climatique – que la propriété est dénuée de toute valeur lorsque l’environnement s’effondre.

2. Investir dans la répression au détriment de la protection

« Nous devons… montrer notre gratitude [aux pompiers], en reconnaissant que parfois nous leur demandons de faire des choses qui dépassent tout simplement leurs capacités. » [Kyriakos Mitsotakis]

Le Premier ministre a pris la parole comme si les capacités des Sapeurs-Pompiers étaient indépendantes des moyens mis à leur disposition par le gouvernement. Il a parlé comme si le problème était leurs capacités, et non le fait évident que les gouvernements au service de l’austérité (sur instruction de leurs maîtres européens et du FMI), y compris l’actuel, ont laissé les pompiers impuissants après leur avoir d’abord confié – de manière criminelle- la lutte contre les incendies de forêt et avoir épuisé  financièrement les départements forestiers. Chaque victoire remportée par les pompiers en Grèce est remportée contre vents et marées et malgré le sabotage qui leur est infligé par leurs « partenaires » européens et leur propre gouvernement.

Avec cette expression malheureuse, M. Mitsotakis a tenté de passer sous silence son choix personnel et criminel de laisser les pompiers sans défense, car l’actuel et l’ancien gouvernement (SYRIZA-Nouvelle démocratie) l’ont “chargé” de lutte contre les incendies de forêt, tout en investissant d’énormes ressources dans la police grecque, faisant de la Grèce le pays avec le troisième ratio le plus élevé d’agents des forces de l’ordre par citoyen en Europe. Où sont les recrutements nécessaires dans les Sapeurs-Pompiers et Forestiers ? Où sont les nouvelles ressources ? Pourquoi un seul Beriev Be200 (le pompier à réaction capable de larguer 12 tonnes d’eau) fonctionne-t-il ? Si l’UE et le FMI contrôlent toujours les dépenses de la Grèce, alors pourquoi la Grèce a-t-elle été autorisée à acheter 18 avions de combat Rafale de la France, avec de l’argent qui pourrait couvrir l’achat de plus de 50 avions de pompiers Beriev ? Où sont les renforts du système national de santé et, pire encore, du service forestier – que les gouvernements austères ont en fait aboli ?

Mitsotakis a évoqué les “batailles… que nous avons perdues” sans admettre pourquoi nous les avons perdues. Alors que lui et le reste de l’Europe accordent la priorité à la répression plutôt qu’à la protection des citoyens, ces batailles continuent d’être perdues, à chaque fois, indépendamment de la bravoure et de l’abnégation des personnes qui les combattent.

3. Soutenir les victimes en soutenant les…banquiers

« Les propriétés seront restaurées… » [Kyriakos Mitsotakis]

Dans leur désespoir, en écoutant le Premier ministre, les petites et moyennes entreprises sinistrées ont été  en droit  d’espérer que leurs maisons seraient reconstruites avec l’aide de l’État. Jusqu’à ce qu’ils apprennent la vérité de la bouche du ministre de l’Intérieur Makis Voridis, qui a évoqué “… des conditions d’emprunt favorables avec la garantie de l’Etat pour la réparation des dégâts causés aux maisons!”

Comme si les petites et moyennes entreprises de Grèce ne croulaient pas déjà sous les dettes ! Sans vergogne, le gouvernement Nouvelle Démocratie (ND) choisit une nouvelle fois d’imposer de nouvelles dettes, au profit des banquiers, à des citoyens que l’Etat n’a pas su protéger d’un phénomène naturel attendu.

Le premier ministre dira-t-il ce qui sera fait de ces nouveaux prêts, annoncés par M. Voridis comme des « aides » aux sinistrés, si et quand ils  pourront être remboursés? Seront-ils également vendus dans les coffres de leur entourage ? Qu’en est-il des prêts des victimes de la pandémie qui ont peut-être échappé aux incendies ? Nous n’attendons pas de réponse, bien sûr.

En résumé, Mitsotakis et son gouvernement ont une fois de plus prouvé que l’État du 21e siècle ne sert pas ses citoyens, mais soncapital : le gouvernement est là pour protéger les intérêts des banquiers, pas ceux du peuple.

4. Les terres brûlées seront bientôt des hôtels et des centres commerciaux

“Les maisons sont reconstruites et les arbres repousseront…” [Kyriakos Mitsotakis]

Mitsotakis fait semblant de ne pas savoir qu’en Grèce les arbres ont tendance à ne pas repousser, précisément parce que les maisons se “reconstruisent” là où se trouvaient les forêts !

« Et bien sûr, les zones brûlées seront immédiatement déclarées zones reboisées, comme, après tout, la Constitution l’exige. » [Kyriakos Mitsotakis]

Précisément parce que la Constitution est devenue un chiffon dans les mains des services du gouvernement, l’austérité de ND-PASOK- SYRIZA, avec le résultat que les zones brûlées du passé sont maintenant des maisons multifamiliales, des maisonnettes, des centres commerciaux, des terrains de golf, etc., notre aile électorale en Grèce, MeRA25, avait soumis un simple amendement à la constitution qui interdit le changement d’utilisation des terres brûlées (de boisées à urbaines) pendant 30 ans. Et comment le gouvernement a-t-il réagi ? Il l’a rejeté sans commentaire, confirmant sa détermination à fermer les yeux sur la construction des zones incendiées.

5. Le gouvernement des mines de pétrole et des oléoducs garde le silence sur le changement climatique

« Nous avons le devoir de protéger notre pays contre la réalité du changement climatique. » [Kyriakos Mitsotakis]

Un Premier ministre qui promeut l’extraction de combustibles fossiles et considère les pipelines comme un projet de “développement” n’est pas un premier ministre qui est en droit d’invoquer la lutte contre le changement climatique.

Un Premier ministre qui, afin d’apaiser les nationalistes de son parti, parle de préserver le pays du changement climatique (comme si la Grèce habitait un environnement distinct de celui des autres nations qui l’entourent) n’a pas le droit de rester Premier ministre.

Un Premier ministre qui tente de rendre le changement climatique responsable de ses propres échecs qui sont le résultat de ses  politiques d’austérité, n’a pas le droit de rester Premier ministre.

Notre aile électorale en Grèce, MeRA25, est le seul parti au Parlement qui condamne chaque projet minier et chaque pipeline, et qui se mobilise quotidiennement contre les crimes des entrepreneurs locaux contre l’environnement. Cela ne permettra pas à M. Mitsotakis et M. Tsipras, les Premiers ministres grecs les plus appréciés d’Exxon-Mobil, de Total et des sous-traitants nationaux, de verser des larmes de crocodile sur le changement climatique – alors que leurs choix alimentent l’incendie qui brûle la planète.

En regardant la Grèce, on décide de l’Europe 

Le Collectif de Coordination de DiEM25 soutient tous ceux qui ont été jetés dans la lutte contre les incendies ou qui sont en danger à travers l’Europe et au-delà. Alors que les incendies font rage, les membres de DiEM25 sont solidaires des personnes et des animaux qui souffrent.

Dans le même temps, parce que cette catastrophe n’est pas « naturelle » mais le résultat de politiques contre nature, classistes et oligarchiques, le Collectif de Coordination appelle les membres de DiEM25 et tous les citoyens progressistes à s’unir autour des huit conclusions suivantes :

  1. Renverser la mentalité selon laquelle la priorité est la propriété et non l’écosystème qui nous maintient en vie, ou les biens publics sans lesquels nous sommes voués à souffrir aux mains des riches et de l’élite
  2. Investir dans la protection, et non dans la répression, des citoyens  en condamnant l’hypocrisie des gouvernements qui mettent « de nouveaux verrous sur une maison en feu »
  3. Abolir notre servitude à l’austérité, au lieu de la renforcer: nous condamnons l’hypocrisie des gouvernements qui versent des larmes de crocodiles  pour les maisons brûlées alors qu’ils se préparent à les servir aux banquiers comme garantie
  4. Agir pour l’émancipation immédiate des départements forêts en Europe, et responsabiliser ceux qui sont les mieux placés pour nous aider à faire face au changement climatique
  5. Décider de maintenir tous les combustibles fossiles dans les entrailles de la terre comme contribution minimale à la lutte contre le changement climatique
  6. Travailler ensemble pour le renversement de tout gouvernement qui prétend combattre des phénomènes que ses politiques renforcent 
  7. Mettre en évidence la complicité d’une Union européenne qui intervient pour fermer des banques au profit des prêteurs et des banquiers, et est prêt à faire de grandes déclarations et à faire signe à certains, mais ferme les yeux lorsque la nature et les Européens brûlent, se noient et suffoquent à cause de l’austérité qu’elle applique d’une main de fer
  8. Soutenir l’Internationale Progressiste, qui représente une occasion unique d’internationaliser  et de coordonner la lutte humaine universelle pour mettre fin au modèle d’exploitation qui nous a conduits, en tant qu’espèce, au bord de la destruction

Voulez-vous être informés des actions de DiEM25 ? Enregistrez-vous ici!