DiEM Voice fait salle comble à l'événement “Here and Now” ("Ici et maintenant") à Londres

Mercredi dernier, le 10 octobre 2018, DiEM25 et DiEM Voice ont atterri à Londres pour leur événement “Here and Now” au Platform Theatre, Central Saint Martins. Notre mouvement a réuni plus de 250 personnes, y compris des militants de DiEM25 de tout le continent et un groupe de conférenciers de premier plan (comme Brian Eno et Bobby Gillespie) pour défendre la démocratisation de la culture et des arts.
Voici notre reportage de l’événement


La soirée a commencé avec une pièce de Kit Hill, membre du collectif de coordination de DiEM Voice, qui nous a montré que la dystopie du futur est déjà “Ici et maintenant”.

Igor Stokfiszewski, membre du collectif de coordination de DiEM Voice, a ensuite ouvert l’événement en présentant au public DiEM Voice, expliquant comment les gens pouvaient participer en envoyant des questions au modérateur pour alimenter la discussion avec les intervenants.

Srecko Horvat, co-fondateur de DiEM25, a lancé le débat en demandant “…que signifie dire que nous sommes  “ici et maintenant” en termes de culture et d’art ?”

Brian Eno, membre du Collectif de coordination de DiEM25, a ensuite pris la parole pour discuter du rôle et de l’importance de l’art et de la créativité. Il a commencé en disant que “dans presque toutes les discussions sur l’art, presque personne ne se pose jamais la question, et personne ne répond jamais à la question : qu’est-ce que cela fait réellement pour nous ? Donc, au centre de toute cette discussion sur les différents types d’art et sur ce que font les artistes, personne ne dit pourquoi l’art existe réellement”.
“Les enfants apprennent par le jeu et les adultes jouent par l’art”, a-t-il poursuivi, ajoutant plus tard que “les totalitaires découragent les comportements créatifs. Ils aiment l’art comme un “hashtag”  , comme publicité, comme propagande, parce qu’il consolide le système”. Eno a conclu en disant : “Le point important pour moi, c’est que nous faisons des sociétés qui non seulement ont de la place pour un comportement créatif, mais qui sont constamment confrontées à ce genre de perturbation et qui font jouer leurs muscles pour y faire face”.

Rosemary Bechler, membre du Collectif de coordination de DiEM25, a parlé de la façon dont la créativité doit opérer au-delà des frontières et des limites, affirmant que “si nous voulons réinventer nos cultures démocratiques, nous avons besoin des compétences nécessaires pour pouvoir aller au-delà de ces frontières et changer l’esprit des gens. Et pour cela, mon intuition est que nous avons besoin d’une culture d’ouverture et de générosité qui reconnaît la vulnérabilité comme une force.”

Bobby Gillespie, de Primal Scream, a parlé de l’importance de donner aux jeunes le temps et l’espace nécessaires pour être créatifs. Il ajoute : “Mon intérêt pour le punk-rock m’a finalement conduit à mener une vie créative. Je n’ai jamais fait d’école d’art, jamais d’université. J’ai travaillé dans une usine, j’ai quitté l’école à 15 ans. Toutes ces choses étaient hors de ma portée et je ne savais pas que je pouvais être une personne créative et je le dois vraiment aux Sex Pistols, ils étaient comme mes professeurs d’école d’art.”

Danae Stratou, membre du Collectif de coordination de DiEM Voice, a parlé de son travail de sensibilisation aux crises environnementales, sociales, économiques, culturelles et humanitaires par l’art. “A Elefsina, les autorités locales m’ont offert une opportunité, une usine abandonnée où je pouvais créer une installation à grande échelle. Inspirée par l’ancienne préoccupation de la terre pour la vie et la mort, la tâche que je me suis donnée était de créer une installation spécifique au site qui reliait un certain nombre de questions simultanément par le langage de l’esthétique.”
Répondant à une question de la modératrice de l’événement, Mary Fitzgerald, au sujet du titre de l’installation [Sur la terre, sous les nuages], Stratou a dit : “Le titre était la clé. Ça vient d’un documentaire que j’ai regardé. C’est en 2015 que j’ai commencé à aller dans ce domaine et à regarder autour de moi, et j’ai été invitée à l’examiner et peut-être à présenter une proposition. C’est à ce moment-là, en 2015, pendant l’été, que nous avons commencé à avoir toutes ces images de bébés et d’enfants se noyant dans leur lutte pour venir en Grèce. C’était vraiment dévastateur, cela m’a glacée et je me suis dit : ” Que peut faire l’art dans un moment pareil ? Quel est le rôle de l’art ?”.

Yanis Varoufakis, co-fondateur de DiEM25, a commencé en disant que “pour démocratiser la société, pour faire de l’art un instrument de défense des victimes de la guerre des classes, il faut dépasser les perturbations individualistes. Nous avons besoin que nos interventions se déroulent dans la rue, dans les quartiers, dans les écoles publiques défavorisées, dans les communautés.”
Varoufakis a poursuivi : “DiEM Voice, avec notre événement de ce soir à Central St Martin’s, invite tout le monde à débattre de l’agenda de la politique artistique et culturelle de DiEM25 ; l’agenda le mieux à même de nous aider à gagner cette guerre. Un programme politique en soi est, bien entendu, inutile. Mais, un mouvement progressiste a besoin d’un agenda politique pour inspirer et être inspiré, et à avoir comme guide de ce que nous voulons faire une fois que nous serons assez puissants pour réaliser quelque chose de significatif”.

Igor Stokfiszewski, membre du collectif de coordination de DiEM Voice, a conclu l’événement avec le poème suivant qu’il a écrit sur la base du contenu de la présentation de chaque orateur :
La guerre de la culture ici et maintenant,
Le champ de bataille créatif et agréable.
Dangereuse marchandisation à la toute fin de la vente aux enchères.
Guerre des cultures.
Les groupes marginalisés ont puisé dans la poésie de l’avenir.
Où est-ce qu’on va ?
Danse et folie.
Les adultes jouent dans le noir.
Nationalistes, la nouvelle internationale fasciste n’est pas dangereuse.
Ce qu’il faut pour les vaincre, c’est du temps, de la compagnie et un peu d’argent.
La guerre de la culture ici et maintenant.
Des milliers de réfugiés, la désindustrialisation de la Grèce, le chômage, les crises humanitaires, le langage esthétique.
L’art est un instrument de lutte des classes.
La guerre des classes ici et maintenant.
Apportez une nouvelle Europe. Frappez dans vos mains.
Sortez de Saint Martin et battez-vous !

Nous invitons tout le monde à débattre du 8ème “pilier” de notre Programme progressiste pour l’Europe: Une vision pour la culture. Voyez comment participer en cliquant ici.

Voulez-vous être informés des actions de DiEM25 ? Enregistrez-vous ici!