La liste transnationale pionnière pour l'Europe : conclusions de la réunion du Conseil

Le 10 mars à Naples, pour la première fois, des forces politiques nationales, régionales et municipales de tout le continent se sont rassemblées en vue d’apporter des changements et de reconstruire l’Union Européenne – de bas en haut, au niveau transnational. Voici la liste complète des accords conclus au cours des discussions de cette journée historique :


 

Naples, 10 mars 2018

1ère réunion du Conseil provisoire

 
Participants :
DiEM25 (UE) ; DemA (Italie) ; Génération.s (France) ; LIVRE (Portugal) ; Razem (Pologne) ; Alternativet (Danemark) ; MeRA25 (Grèce) ; Bündnis DiEM25 (Allemagne)
Observateurs :
Parti vert européen (UE) ; Parti de la Gauche Européenne (UE) ; PCF (France) ; Levica (Slovénie) ; Nova Ljevica & Zagreb je naš (Croatie) ; DiB (Allemagne) ; Demos (Roumanie)
Coprésidents :
Agnieszka Dziemianowicz-Bąk et Lorenzo Marsili
 

***

 

CONCLUSIONS ADOPTÉÉS

 

  1. Approbation de l’appel ouvert

L’appel ouvert a été approuvé. Tous les partenaires s’engagent à le diffuser via leurs propres canaux de communication et de presse. L’appel vise à étendre l’adhésion à notre liste
transnationale, tout en promouvant des relations, une coopération et une alliance mutuellement bénéfiques avec d’autres partis transnationaux et listes transnationales..
 

  1. Formation d’un Conseil paritaire provisoire

Le Conseil provisoire a été officiellement créé.
Le Conseil est composé de deux (2) représentants de chaque mouvement politique figurant sur la liste transnationale. Dans le cas des coalitions nationales, chaque parti membre de la coalition a
un (1) représentant. Dans le cas des partis transnationaux avec des partis nationaux affiliés, chaque parti national a un (1) représentant.
A partir de l’automne 2018 (date exacte à confirmer), il a été convenu d’inclure jusqu’à 20% des membres du Conseil (au moment de l’approbation) via un tirage au sort parmi tous les membres
de tous les mouvements politiques participants, avec parité entre les sexes.
Cet arrangement n’est valable que jusqu’aux élections européennes de 2019, à l’issue desquelles le Conseil sera démocratiquement élu, avec des dispositions relatives à l’égalité des sexes, à la
diversité et à la représentation régionale, ainsi qu’à l’élection de membres supplémentaires par tirage au sort.
Le mandat du Conseil est le suivant :

1. Décider du nom paneuropéen de notre liste.
2. Superviser le processus d’élaboration du programme commun, y compris le programme pays par pays.
3. Coordonner la communication et la stratégie de campagne électorale conjointes.
4. Construire des alliances et des partenariats avec d'autres listes et partis transnationaux.
5. Approuver l’adhésion de nouveaux alliés et membres du Conseil, ainsi que l’expulsion d’alliés existants.
6. Définir le processus de « spitzenkandidat » (candidature à la présidence de la Commission européenne).
7. Valider les listes électorales et les listes croisées transnationales.
8. Rédiger un code d’éthique.

Le Conseil vise à prendre des décisions par consensus. Lorsque cela n’est pas possible, un vote peut être tenu à la majorité qualifiée des deux tiers (2/3) des membres du Conseil.
Le Conseil aura un code d’éthique qui liera tous ses membres et candidats. Une version préliminaire du code d’éthique a été discutée et une version finale sera approuvée à la prochaine
réunion du Conseil.
Les conclusions des réunions du Conseil, ainsi que les procès-verbaux abrégés, doivent être présentés sur les sites Internet de tous les mouvements politiques participants.
Avant les prochaines réunions du Conseil, les membres parviendront à un consensus sur la meilleure façon de procéder en ce qui concerne (i) l’enregistrement en tant que mouvement
européen reconnu qui présente un candidat à la présidence de la Commission européenne, et (ii) la création d’une fondation. L’enregistrement doit être complété d’ici mai 2018.
 

  1. Élaboration du programme économique, social, culturel et politique

Notre programme politique commun sera intitulé “un New Deal pour l’Europe” et sera structuré autour d’un préambule, d’une vue d’ensemble des politiques, pays par pays, et d’annexes
contenant des informations complètes sur les politiques. Les sujets de chapitres spécifiques doivent être décidés par le Conseil lors de sa prochaine réunion en avril.
Voici un projet de structure développé à Naples :

1. Un préambule
2. Un New Deal écologique paneuropéen (abrégé)
3. Un New Deal pour nos démocraties : municipalisme et autonomie, primauté du droit et
processus d'Assemblée constituante
4. Un New Deal pour les migrants et les réfugiés
5. Un New Deal pour la légalité : le crime organisé et les paradis fiscaux
6. Un New Deal pour les femmes
7. Un New Deal post-capitaliste
8. Un New Deal pour la politique étrangère de l'Europe
9. Des politiques pays par pays
10. Des annexes avec tous les détails complets de toutes les propositions

Le préambule sera rédigé avant la prochaine réunion du Conseil. Tous les partenaires fourniront un petit nombre de points à inclure dans le projet de préambule, et une équipe de deux ou trois
personnes au maximum rédigera la première version pour consultation afin d’assurer une lecture attrayante.
La synthèse de la plate-forme politique sera élaborée d’ici à mai 2018 et approuvée par tous les membres vérifiés de chacun des mouvements politiques représentés au Conseil.
Les programmes par pays et les annexes complètes seront préparés d’ici à l’automne 2018.
La plate-forme restera un document vivant (écriture partagée) ouvert à d’autres ajouts d’ici aux élections de 2019.
 

  1. Campagne et  engagement des membres

Le lancement public de notre campagne a été convenu pour juin 2018. Il a été noté que Génération.s propose un lancement à Paris le 2 juillet, et Razem suggère d’organiser un
événement à Varsovie le 23 juin. Les dates des événements de lancement devront être fixées au cours du mois de mars.
Le Conseil continuera à réfléchir à des solutions innovantes pour une véritable campagne transnationale. Parmi les idées discutées à Naples figuraient celles d’un gouvernement fantôme et
d’une caravane transnationale.
Notre liste transnationale se veut démocratique et participative. Afin de faciliter l’engagement des membres, il faudra résoudre une série de questions relatives aux données, aux technologies de
l’information et à la protection de la vie privée.
 

  1. Selection du candidat et nom de la liste transnationale

Notre Conseil lancera un appel à candidatures au poste de candidat à la présidence de la Commission européenne. Tous les membres de tous les mouvements politiques représentés au
Conseil sont éligibles, à condition qu’ils réunissent un nombre minimum d’appuis (à préciser). Le Conseil validera ensuite les candidatures et organisera des élections transnationales pour l’automne 2018 parmi tous les membres vérifiés de chacun des mouvements politiques participants.
Notre Conseil devra choisir un nom pour notre liste transnationale d’ici à la prochaine réunion du Conseil.
 

  1. Suivi

Un communiqué de presse a été publié.
La prochaine réunion du Conseil sera organisée avant la fin du mois d’avril. Une date devrait être fixée dès que possible. Il a été noté que LIVRE a suggéré le 25 avril à Lisbonne. [MISE À JOUR : date fixée au 26 avril à Lisbonne].
 

Toutes les conclusions sont approuvées sans préjuger de la démocratie interne des mouvements participants.
 

Voulez-vous être informés des actions de DiEM25 ? Enregistrez-vous ici!