Nous sommes solidaires des femmes* de Pologne

DiEM25 condamne fermement la récente décision de justice sur la restriction des avortements !

*inclus les personnes trans, queer et non binaires.

Aujourd’hui marque le huitième jour de manifestations qui s’étendent à travers la Pologne après la décision de la Cour constitutionnelle, le 22 octobre, d’interdire presque complètement l’avortement. Avant la décision du tribunal la semaine dernière, l’accès à l’avortement en Pologne était déjà le plus restreint de l’Union européenne, n’étant disponible que dans les cas de viol, d’inceste, d’anomalie fœtale grave ou de menace pour la vie de la mère.

Le 22 octobre, la Cour a jugé que l’avortement en raison d’un « défaut fœtal grave et irréversible ou d’une maladie incurable qui menace la vie du fœtus » était inconstitutionnel, éliminant ainsi pratiquement les motifs sur lesquels la majorité des avortements en Pologne sont actuellement pratiqués. On estime que jusqu’à 2 000 femmes en Pologne ont recours à des avortements par an, en raison dans environ 98 % des cas d’un grave défaut fœtal. On estime également qu’environ 100 000 femmes polonaises cherchent chaque année à avorter à l’étranger.

Cette décision a été prise malgré les critiques concernant la légitimité de la Cour constitutionnelle, ainsi que les vastes mesures de récupération du pouvoir prises par le gouvernement catholique de droite du PiS [parti droit et justice] depuis son arrivée au pouvoir en 2015, qui ont complètement supprimé l’indépendance du pouvoir judiciaire. La Pologne n’est pas le seul pays à aller dans cette direction, comme nous le voyons avec la Cour suprême des États-Unis.

Ce n’est pas la première fois que la Pologne cherche à interdire l’avortement.

En 2016, une proposition d’interdiction a été bloquée après des protestations nationales, ce qui remet en doute la motivation de la décision prise cette année en pleine pandémie mondiale, alors que les rassemblements de masse ont été limités à 10 personnes à Varsovie.

En 2017, la Commission européenne a engagé des poursuites contre la Pologne en raison de violations de l’État de droit et de préoccupations relatives au manque d’indépendance du pouvoir judiciaire. La Commission a cependant noté en septembre de cette année que les « préoccupations concernant l’indépendance et la légitimité du Tribunal constitutionnel » n’étaient toujours pas résolues.

En plus de chercher à restreindre les droits des femmes, le PiS s’est également exprimé dans son attaque contre ce qu’il appelle « l’idéologie LGBT », interdisant l’éducation de l’homosexualité dans les écoles et annulant les marches de la Fierté. Il a encouragé la création de « zones exemptes de LGBT », qui couvrent près d’un quart du pays. Le gouvernement a envoyé des fonds supplémentaires aux villes d’où l’UE a retiré des financements depuis qu’elles se sont déclarées « sans LGBT ».

Des milliers de Polonais sont descendus dans la rue pour exprimer leur colère contre la dernière attaque contre les droits humains dans leur pays.

Pendant ce temps, la police utilise du gaz poivré contre les manifestants. Le Premier ministre a réagi publiquement en qualifiant les manifestations « d’actes d’agression ».

Mardi, un membre du parti d’opposition a organisé une manifestation sur le parquet du parlement polonais, avec des manifestants arborant des T-Shirts portant le symbole de la grève des femmes, et brandissant des pancartes indiquant « C’est la guerre ».

Nous, DiEM25, nous nous tenons aux droits humains fondamentaux des citoyens de prendre des décisions concernant leur propre santé et leur propre corps, et exigeons que l’Union européenne prenne des mesures immédiates contre cette attaque à l’égard de ses propres principes fondamentaux.

 

Voir la carte des manifestations qui ont lieu à travers le monde contre l’interdiction de l’avortement.

Êtes-vous intéressé par le travail de notre Groupe de travail sur le féminisme, la diversité et les handicaps? Rejoignez notre groupe de travail et aidez à élaborer des politiques et des campagnes paneuropéennes pour ce domaine critique de notre mouvement en allant dans l’espace membres du site internet.

Photo Source: le Toronto Star.

Voulez-vous être informés des actions de DiEM25 ? Enregistrez-vous ici!