Ce que l’Europe doit faire maintenant – Programme progressiste politique européen de DiEM25 pour les années 2020

La Covid-19 a dévoilé le manque d’institutions de l’UE capables de faire face à une crise de santé publique. 

Elle a également confirmé que l’UE continue de manquer d’institutions nécessaires pour réduire les déséquilibres économiques qui sapent l’Union, suppriment les investissements et provoquent des échecs économiques évitables qui compromettent les perspectives de vie de la majorité des Européens. Enfin, l’UE n’a pas réussi à rendre l’Europe plus sûre.

En refusant de mettre fin à sa dépendance aux combustibles fossiles, l’UE a renforcé les tensions géopolitiques, en particulier en Méditerranée orientale.

C’est pourquoi, en tant que premier mouvement transnational d’Europe, nous devons nous mobiliser et changer les choses avant qu’il ne soit trop tard.

DiEM25 propose maintenant un programme progressif axé sur la santé publique, la prospérité partagée et la paix verte. Notre programme comprend des politiques tirées du Green New Deal pour l’Europe complet de DiEM25 ainsi que des initiatives politiques affinées au début de la pandémie de 2020.

Nous recueillerons les amendements, vous soumettrons une version révisée et recueillerons une dernière série d’amendements avant de soumettre le document final au vote de tous les membres.

Tous les DiEMers sont invités à ajouter leurs amendements au texte ci-dessous. Veuillez à ce que les amendements ne s’écartent pas du sujet; les politiques sur d’autres sujets doivent être intégrées aux documents pertinents. Les groupes de DiEM25 qui ont des contre-propositions concernant des parties spécifiques du document plutôt que des amendements doivent envoyer un e-mail à volontaire@diem25.org en l’indiquant. 

Santé publique décente, prospérité partagée et paix verte

Santé publique

La santé publique européenne ne peut plus relever de la « compétence » des États-nations. La pandémie a démontré que, à moins que l’UE ne fournisse des services de santé de base (par exemple des vaccins) à tous ses citoyens de manière égale et efficace, l’Union n’est pas sûre – certains diront inutile.

La pandémie a démontré que l’UE doit garantir à ses citoyens l’égalité d’accès à des structures fournissant des tests gratuits, des vaccins gratuits et des soins primaires gratuits. Les produits de base (kits de dépistage, vaccins, équipements de protection, etc.) doivent être achetés de manière centralisée et des stocks importants doivent être constitués partout dans des systèmes et réseaux de santé publique qui fonctionnent bien.

Consciente du devoir de l’Europe envers les pays non-européens de son voisinage et au-delà, l’UE doit également faire don de ces biens de santé publique de base aux pays en développement. Tous ces biens de base doivent être financés par la puissance de feu monétaire de la BCE, et non par les budgets tendus des États membres.

Dans l’intérêt des libertés civiles et pour garantir à ses citoyens les droits fondamentaux à la vie privée que les Européens ont durement acquis au cours de siècles de luttes, l’UE doit faire preuve de prudence en cas d’urgence sanitaire, comme c’est le cas actuellement. DiEM25 soutient les technologies numériques qui peuvent faciliter un système efficace de suivi et de localisation pendant une pandémie tout en préservant l’anonymat. Cependant, DiEM25 est totalement opposé à l’exploitation de telles situations d’urgence dans l’intérêt des entreprises et des Etats qui cherchent à rendre les citoyens transparents, alors qu’eux-mêmes restent opaques. Dans ce contexte, DiEM25 s’oppose à tout certificat ou passeport de vaccination qui ouvre la boîte de Pandore des violations des libertés civiles par les compagnies d’assurance, les employeurs et les agences étatiques.

La prospérité partagée

Pendant la pandémie de Covid-19, par rapport aux États-Unis, à la Chine et au Royaume-Uni, la zone euro a subi la plus forte baisse des investissements, la plus grande fuite de capitaux et la plus forte augmentation de son écart de production (c’est-à-dire la différence entre la production potentielle et la production réelle). En outre, les déséquilibres internes de l’Europe (qui ont été à l’origine de la crise massive de l’euro) ont augmenté de manière exponentielle. Malgré cela, c’est l’Europe qui a administré le plus petit plan de relance et qui a fait le moins pour soutenir l’investissement – en s’appuyant presque entièrement sur un soi-disant Fonds de relance qui est macroéconomiquement insignifiant et politiquement empoisonné. En conséquence, les années 2020 s’annoncent comme une deuxième décennie européenne perdue.

Pour éviter cela, et pour donner une chance à la prospérité européenne partagée, DiEM25 a proposé – et le fait à nouveau – quatre politiques :

  • Les obligations de la BCE pour réduire la pression sur les budgets des États membres : tous les déficits budgétaires primaires depuis mars 2020 seront financés au moyen d’obligations à 30 ans émises par la BCE (obligations de la BCE), afin que la nouvelle dette nationale induite par la pandémie ne pèse pas sur les budgets nationaux déjà surchargés. L’échéance de 30 ans des obligations de la BCE constituera une incitation supplémentaire à l’émergence d’une véritable union politique démocratique dans les trois décennies à venir. En outre, nous envisageons des obligations perpétuelles émises par la BCE, qui seront échangées contre des obligations des États membres, dans le but de restructurer encore plus profondément le fardeau de la dette causé par le déclenchement de la crise de l’euro en 2010.
  • Paiements de solidarité en espèces : La BCE injecte un paiement de solidarité européenne en espèces de 2 000 € sur le compte bancaire principal de chaque résident européen. Cette opération peut être répétée chaque fois que nécessaire, en remplacement de tous les achats d’obligations d’entreprises par la BCE.
  • Programme européen de relance et d’investissement vert : L’UE demande à la Banque européenne d’investissement (BEI) et à sa filiale, le Fonds européen d’investissement (FEI), d’émettre chaque année des obligations BEI-FEI équivalant à environ 5 % du PIB de l’UE, qui seront garanties par la BCE sur les marchés obligataires. L’argent servira à financer une nouvelle Agence européenne pour les travaux verts dont la mission sera de mettre en place la nécessaire Union de l’énergie verte de l’UE et de financer la transition écologique de l’UE.
  • L’annulation de toutes les conditions d’austérité postérieures à 2010 : il se trouve que les pays de l’UE les plus touchés par la pandémie sont aussi ceux qui ont été le plus durement frappés par les programmes sauvages d’austérité et de privatisation que la Troïka leur a imposés directement ou indirectement depuis 2010. Toutes ces « conditionnalités » constituent désormais un frein pour l’ensemble de l’UE et doivent être annulées immédiatement.

Une paix verte dans le voisinage de l’Europe

En 2020, l’UE a officiellement approuvé un « Green Deal ». Malheureusement, elle l’a fait « plus dans l’ombre que dans la réalité » : aucun financement réel n’a jamais été mis de côté pour ce « Green Deal » et, pire encore, l’UE poursuit l’extraction et la distribution de combustibles fossiles d’une manière qui accroît les tensions géopolitiques.En particulier, les projets d’extraction de pétrole et de gaz dans la mer Égée et en Méditerranée orientale provoquent des tensions géopolitiques qui ne profitent qu’aux marchands d’armes et aux vautours financiers qui tirent profit de la « sécurisation » des combustibles fossiles et de gazoducs qui, très probablement, ne verront même pas le jour. Ils alimentent également la crise migratoire préexistante en montant la Turquie contre l’UE et vice-versa.

Pendant ce temps, dans le Nord-Est de l’Europe, Nordstream2 provoque de nouvelles tensions et de nouvelles dépendances vis-à-vis de régimes et d’industries qui n’ont rien de bon à offrir à la majorité des Européens. Pour le bien de la paix, et pour le bien de la sécurité et de la souveraineté européennes, cela doit cesser.

DiEM25 propose une initiative européenne pour apporter la paix et une prospérité verte partagée à tous les peuples de la Méditerranée. Nous faisons campagne pour que l’UE convoque un Sommet méditerranéen de la paix et de l’énergie verte. L’idée est que tous les pays méditerranéens s’assoient autour d’une même table en vue d’atteindre les objectifs suivants :

  • Encourager tous les participants à déclarer la Méditerranée zone sans combustible fossile (c’est-à-dire pas de nouveaux forages ni de nouveaux gazoducs) et à œuvrer à la construction d’une Union de l’énergie verte commune.
  • Marquer, sur la même carte, les revendications de chaque pays concernant ses frontières maritimes (par exemple, plateau continental, zone économique).
  • Convenir collectivement de porter toute revendication concurrente restante devant la Cour internationale de La Haye, à condition que la décision de la Cour soit acceptée comme définitive par tous les participants.
  • Si les objectifs ci-dessus ont été atteints, l’UE financera, par l’intermédiaire de la Banque européenne d’investissement et d’autres instruments d’investissement (voir par exemple le point 2.2.3 ci-dessus), la part du lion d’une Union de l’énergie verte comprenant l’UE, le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord.

Résumé

Soit l’UE s’unifie pour faire face à la perspective d’une nouvelle décennie perdue, soit elle périt. Le programme politique européen progressiste de DiEM25 pour les années 2020 offre la seule voie vers l’unification. Les trois séries de politiques que nous proposons sont immédiatement applicables et conformes aux traités de l’UE. Elles promettent :

  • de partager la charge de la protection de la santé publique en Europe
  • d’étendre ce devoir aux pays en développement, en tirant la principale leçon de la pandémie, à savoir que les virus ne respectent aucune frontière
  • de partager la charge de la dette publique induite par la pandémie entre les États membres de l’UE, tout en mettant fin à l’austérité institutionnalisée héritée de la crise de l’euro
  • de réaliser les investissements verts publics nécessaires à une Europe durable
  • de payer pour le redressement et la santé de l’Europe en utilisant les outils de financement monétaire existants qui, actuellement, financent l’oligarchie au lieu de la santé publique, des biens publics et des programmes d’intérêt public.

Seul le programme politique européen progressiste de DiEM25 pour les années 2020 offre à l’Europe une chance de devenir une véritable Union démocratique. La seule autre option est la désintégration.

Annexe : Le programme politique progressiste post-pandémie de DiEM25 en puces

  1. SANTÉ PUBLIQUE
  • La fourniture de biens de santé de base devient un devoir de l’UE
  • Un nouveau réseau européen de centres publics de soins de santé primaires facilement accessibles à chaque citoyen de l’UE, offrant
    • des tests gratuits sur demande
    • des vaccinations gratuites sur demande
    • des soins de médecine générale gratuits sur le lieu de prestation
  • des achats centralisés pour : 
    • les kits de test
    • les vaccins, y compris l’achat de brevets afin de faciliter la production locale
    • les médicaments de base
    • les équipements de protection
  • L’UE s’engage à fournir gratuitement aux pays en développement autant de kits de tests, de vaccins, de médicaments de base et d’équipements de protection qu’elle en a achetés pour les Européens.
  • Financement direct des points 1.2, 1.3 et 1.4 ci-dessus en utilisant les instruments de la BCE (par exemple, obligations de la BCE, obligations perpétuelles de l’UE à acheter par la BCE).
  • Les passeports et/ou certificats de vaccination sont interdits, afin de protéger les droits fondamentaux à la vie privée. À la place, l’UE finance le développement d’applications (Apps) qui permettent un système efficace de suivi et de traçabilité, garantissant l’anonymat, à intégrer dans le réseau européen d’unités publiques de soins de santé primaires mentionné au point 1.2 ci-dessus.
  1. PROSPÉRITÉ PARTAGÉE
  • Obligations de la BCE pour réduire la pression sur les budgets des États membres : tous les déficits budgétaires primaires depuis mars 2020 seront financés au moyen d’obligations à 30 ans émises par la BCE (obligations BCE), afin que la nouvelle dette nationale induite par la pandémie ne pèse pas sur des budgets nationaux déjà surchargés. L’échéance de 30 ans des obligations de la BCE constituera une incitation supplémentaire à l’émergence d’une véritable union politique démocratique dans les trois décennies à venir.
  • Paiements de solidarité en espèces : La BCE injecte un paiement de solidarité européenne en espèces de 2000 euros sur le compte bancaire principal de chaque résident européen. Cette opération peut être répétée chaque fois que nécessaire, en remplacement de tous les achats d’obligations d’entreprises par la BCE.
  • Programme européen de relance et d’investissement vert : L’UE demande à la Banque européenne d’investissement (BEI) et à sa filiale, le Fonds européen d’investissement (FEI), d’émettre chaque année des obligations BEI-FEI représentant environ 5 % du PIB de l’UE et soutenues par la BCE sur les marchés obligataires. L’argent servira à financer une nouvelle Agence européenne pour les travaux verts dont la mission sera de mettre en place la nécessaire Union de l’énergie verte de l’UE et de financer la transition écologique de l’UE.
  • L’annulation de toutes les conditions d’austérité postérieures à 2010 : il se trouve que les pays de l’UE les plus touchés par la pandémie sont aussi ceux qui ont été le plus durement frappés par les programmes sauvages d’austérité et de privatisation que la troïka leur a imposés directement ou indirectement depuis 2010. Toutes ces « conditionnalités » constituent désormais un frein pour l’ensemble de l’UE et doivent être annulées immédiatement.
  1. LA PAIX VERTE
  • L’UE doit convoquer un sommet méditerranéen sur la paix et l’énergie verte, auquel participeront tous les pays méditerranéens, dans le but de
    • déclarer la Méditerranée zone exempte de combustibles fossiles
    • d’œuvrer à la création d’une Union européenne et méditerranéenne de l’énergie verte regroupant l’UE, le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord
    • délimiter les revendications de chaque pays concernant ses frontières maritimes (plateau continental, zone économique)
    • accepter de porter toute revendication concurrente restante devant la Cour internationale de La Haye pour un arbitrage contraignant.
  • L’UE financera, par l’intermédiaire de la Banque européenne d’investissement et d’autres instruments d’investissement, la part du lion de l’Union de l’énergie verte UE-Méditerranée.

Texte traduit en français par Elise Kerremans.

Voulez-vous être informés des actions de DiEM25 ? Enregistrez-vous ici!